Palantir recrute un spécialiste du marché français

Palantir, l’entreprise de Big Data spécialisée dans le renseignement, est à la recherche d’un analyste en études de marché, spécialisé dans le secteur français. Après avoir réussi à vendre son logiciel à la DGSI, la licorne américaine souhaiterait-elle démarcher les autres services de renseignement français ?

Le poste serait basé à Londres, mais « la possibilité de vivre à Paris ne serait pas exclue« . Dans une offre d’emploi publiée sur LinkedIn, à laquelle il n’est pas encore possible d’appliquer, la société Palantir déclare être à la recherche d’un spécialiste du marché français. Ce dernier doit disposer d’une « profonde compréhension des régions et institutions ciblées« , sera chargé de « surveiller étroitement une multitude de sources de renseignements sur le marché ». Il devra surtout être capable de « fournir une expertise et des recommandations sur les processus d’achat public« .

La société Palantir semble donc plus que jamais décidée à s’attaquer aux marché français, après la vente controversée de son logiciel à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en 2016. Sans surprise, c’est les institutions qui sont visées par la société américaine, et très certainement les services de renseignement comme la DGSE, la DNSD et les autres services du premier cercle. Cette agressivité de l’entreprise américaine n’a en réalité rien de surprenant. Depuis septembre, des rumeurs font en effet état d’une entrée en bourse de Palantir, pour une opération qui la valoriserait jusqu’à 55 fois son chiffre d’affaire. Cela pourrait expliquer la raison pour laquelle l’entreprise semble chercher activement des débouchés commerciaux en France.

Réputation sulfureuse

L’arrivée de la start-up au nom tolkenien sur le marché français devrait toutefois provoquer une levée de bois vert. La vente de son logiciel à la DGSI avait en effet fait couler beaucoup d’encre, et les risques de backdoor avaient été largement évoqués dans la presse. Un consortium de 22 entreprises françaises, dirigé par le syndicat professionnel de l’armement GICAT, a d’ailleurs lancé un guichet unique afin de proposer aux services de renseignement une offre de solutions « souveraine » et « modulaire » visant à remplacer Palantir.

Si l’annonce avait fait grand bruit, certains experts ont toutefois douté de la maturité de ce Cluster et de la pertinence d’une action coordonnée. Dit autrement, les remplaçants de Palantir ne semblent pas avoir encore émergé. Coincé entre une absence de solutions et sa recherche d’une alternative « française ou européenne » à Palantir, l’État français ne semble pas savoir sur quel pied danser. L’occasion pour la start-up américaine d’avancer ses pions?

 

palantir-offre-emploi-france

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.