Venezuela : les négociations entre Caracas et l’opposition au point mort

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition et du Parlement, Juan Guaido, n’arrivent toujours pas à s’entendre sur les futures échéances politiques et économiques à mener au sein du géant-sud-américain.

Actuellement, des émissaires des deux camps se trouvent à La Barbade afin de poursuivre des négociations au point mort. Des tractations, qui rappelons-le, sont chapeautées par Oslo.

Le clan Maduro reproche en effet à l’oncle Sam de vouloir placer “son poulain”, Juan Guaido, à la tête de l’Etat. Une “machination” qui s’apparente à une stratégie de hard power en bonne et due forme en provenance de la Maison Blanche. En atteste, la décision récente de Washington de geler l’ensemble des avoirs du gouvernement vénézuélien aux Etats-Unis.

Washington à la baguette 

“(Nous dénonçons) l’embargo économique des (Américains), les attaques, l’appel à la conspiration et au coup d’Etat”, a ainsi martelé jeudi 15 août le ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, auprès de la presse internationale. Pire, Juan Guaido solliciterait et soutiendrait ce blocus économique, a ajouté l’intéressé.

Pour rappel, Juan Guaido s’est auto-proclamé au mois de janvier président par intérim du Venezuela. 50 nations le reconnaissent d’ailleurs désormais comme le leader légitime.

Une situation nationale plus que précaire

L’Etat sud-américain, qui dispose des plus grandes réserves d’or noir au monde, traverse malheureusement un marasme social particulièrement alarmant. Depuis 2015, pas moins de quatre millions de Vénézuéliens ont d’ailleurs quitté le pays en raison de la pénurie de denrées alimentaires, d’énergie et de soin frappant le territoire en plein coeur.

Dans les faits, le Pérou et la Colombie sont les nations qui accueillent le plus de “déserteurs” (768 100 pour le Pérou et 1,3 million pour la Colombie).

Article connexe :

Plusieurs pays latino-américains poussent pour des élections anticipées au Venezuela

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.