Marchés billettiques : l’Espagnol Indra met le cap sur Paris

Indra, un des leaders mondiaux de la billettique, a décidé de mettre le cap sur Paris et la Région Île-de-France. Déjà présente dans plus de 100 villes à travers le monde (Londres, Amsterdam, Lisbonne, Madrid, Mexico, Calcutta…), l’entreprise espagnole ambitionne de devenir une nouvelle référence dans la région capitale française. Un beau marché pour Indra qui emploie 48 000 professionnels et dont le système billettique assure la collecte de plus de 5 milliards d’euros par an.

La modernisation du système billettique francilien engagée par Île-de-France mobilités (IdFM), l’autorité organisatrice des transports franciliens, constitue avec les équipements de la RATP, de la SNCF et de la Société du Grand Paris, en charge du futur métro automatique (200 km, 68 gares), un marché potentiel considérable.

Cependant, il faudra compter sur des acteurs déjà bien implantés. La concurrence sera rude car sur ce marché, les leaders étrangers et français sont déjà présents à des degrés divers. En particulier l’américain Conduent, l’allemand Scheidt&Bachmann, mais aussi les groupes français Flowbird, EASIER (groupe Bolloré) et Thales, dont la branche billettique Revenue Collection Systems, essaie également de rester dans le jeu malgré ses déboires notoires à Strasbourg ou Bordeaux (dysfonctionnements techniques, important retards) qui ont failli finir en contentieux. L’entreprise accumule aussi les échecs commerciaux (à Casablanca lors de la mise au point du marché ou à Hanoï en avant-vente face à la filiale digitale de la RATP) et sa fiabilité est désormais controversée, comme l’illustre également son incapacité à maintenir les valideurs des bus d’Ile-de-France (obligeant ainsi l’autorité organisatrice à remplacer l’intégralité des équipements). Évidemment sa situation financière s’en trouve fortement affectée (résultat d’exploitation négatif et équivalent à 13 % de son chiffre d’affaires) et le nombre d’acteurs français dans la billettique pourrait ainsi se réduire à court terme.

Les appels d’offres étant internationaux, le match pourrait donc se faire entre compétiteurs étrangers et Indra pourrait bénéficier d’une volonté des acteurs de diversifier leurs prestataires. Prochain épisode : l’attribution du marché billettique de la Société du Grand Paris.

Articles en relation