Washington veut réduire son déficit commercial avec la Chine

375 Mds$, tel est le montant du déficit commercial américain par rapport à la Chine en 2017. Washington attestant dans le même temps de 505 Mds$ d’importations en provenance de l’Empire du Milieu. Un gouffre abyssal que Donald Trump souhaite réduire rapidement, au risque de s’attirer les foudres de Pékin.

Le locataire de la Maison Blanche compte pour cela instaurer de nouvelles taxes douanières sur un volume d’importations équivalent à 60 Mds$. Et cela, dans le but de préserver l’emploi et la compétitivité des entreprises US. Cette stratégie viserait ainsi les secteurs de la technologie et des télécommunications. Et une centaine de produits chinois au total.

Selon La Croix, qui relaie l’information, “les Etats-Unis s’inquiètent particulièrement du système de coentreprises imposé par Pékin aux (sociétés) américaines. En contrepartie d’un accès au marché chinois, ces firmes doivent en effet partager avec des partenaires locaux une partie de leur savoir-faire technologique”.

Cette hypothèse a d’ailleurs été confortée très récemment par le nouveau conseiller économique de Trump, Larry Kudlow, qui s’est insurgé contre la politique commerciale internationale menée par la Chine, en totale inéquation avec les règles prônées par l’OMC. L’intéressé se dit ainsi favorable “à une coalition contre (l’ogre asiatique) regroupant de grands partenaires commerciaux et alliés“.

Une stratégie US peu lisible

Pour autant, l’administration Trump “s’emmêle un peu les pinceaux” dans ce dossier en raison de la promulgation la semaine dernière de taxes de 25% sur les importations d’acier et de 10% sur les importations d’aluminium. Ces dernières touchant aussi bien la Chine que des alliés proches des Américains comme l’Union européenne, le Brésil ou la Corée du Sud…

Quoi qu’il en soit, Pékin n’a pas tardé à réagir en jouant elle aussi sur ce levier. “L’histoire montre que les guerres commerciales ne sont dans l’intérêt de personne. Malgré tout, si des événements indésirables survenaient, la Chine a l’intention de préserver ses droits légitimes”, a ainsi prévenu jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Pour rappel, la Chine est actuellement le premier créancier des Etats-Unis avec un portefeuille de 1180 milliards de dollars de bons du Trésor américain. De quoi voir l’avenir sereinement…

Source : La Croix 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.