16 décembre 2021 : le Kazakhstan célèbre ses 30 ans d’indépendance

Le 16 décembre 2021, le Kazakhstan célèbre ses 30 ans d’indépendance. En trois décennies, le pays n’a cessé de se développer, tant d’un point de vue économique que politique, et s’est imposé sur la scène régionale et internationale.

Libéralisation économique du Kazakhstan

Sur le plan économique, des réformes audacieuses ont été mises en place depuis l’indépendance du pays en 1991. Libéralisation, climat favorable aux affaires, développement des infrastructures, privatisation de plus de 700 entreprises publiques, le pays de Noursoultan Nazarbaïev n’a pas chômé.

En août dernier, au cours de la réunion du Conseil des ministres kazakh, le ministre Irgaliyev présentait le rapport prévisionnel concernant le développement socio-économique du pays pour la période 2022-2026. Alors que le Kazakhstan affichait un taux de croissance de 2,7% sur le premier semestre 2021, ce chiffre devrait représenter 3,9% en 2022 et atteindre 5,2% quatre ans plus tard.

Le développement du pays n’est pas passé inaperçu. En 2020, le Kazakhstan se trouvait au 51ème rang mondial pour son indice de développement humain, contre 76ème en 1999. Son PIB avoisinait quant à lui les 170 millions de dollars l’année dernière, d’après les données de la Banque mondiale.

Un hub géopolitique et un partenaire de l’UE

Quatre ans après le Sommet de coopération international “La Ceinture et la Routeorganisé à Pékin à l’initiative du président Xi Jinping, le Kazakhstan a plus que jamais un rôle à jouer dans le commerce transcontinental, notamment entre la Chine et ses partenaires asiatiques et européens. La Société nationale des chemins de fer Temir Zholy assure à ce titre le transport des marchandises sur le territoire. A cheval entre l’Europe et l’Asie, le Kazakhstan est un hub géopolitique indétrônable. Ce n’est pas pour rien que le pays est considéré comme la locomotive de l’intégration eurasienne.

C’est également un allié géostratégique majeur, notamment dans le domaine de la lutte contre le terorisme. Conscient de son importance, François Mitterrand fut d’ailleurs le premier chef d’Etat européen à rendre visite à ce pays indépendant, en septembre 1993. “La France voit dans le Kazakhstan un pays carrefour aux confins de la Russie, du monde chinois et de l’Oumma musulmane, et donc un partenaire de première importance” avait-t-il déclaré à l’époque. Le 30 juillet 2019, le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a rappelé à son tour que le Kazakhstan est un “partenaire stratégique pour la France”, au cours d’une visite à Nur-Sultan.

Membre de l’Organisation de coopération de Shanghai et de l’Organisation du traité de sécurité collective, premier pays d’Asie centrale à devenir membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies en 2017, le Kazakhstan réaffirme sans cesse son engagement sur la scène internationale.

Articles en relation