Soudan du Sud : l’accord de paix ne sauvegarde aucunement la sécurité des civils

Publication: 14/07/2019

Malgré l’accord de paix signé en septembre 2018 entre le président sud-soudanais en place, Salva Kiir, et le chef des rebelles, Riek Machar, les violences contre les civils persistent contre vents et marées sur le territoire.

La fin de l’été 2018 devait permettre aux deux protagonistes de l’échiquier politique local d’enterrer la hache de guerre et de repartir sur de nouvelles bases. Comment ? Par la formation d’un gouvernement d’union nationale offrant à R. Machar l’opportunité de retrouver son poste de vice-président à Juba.

Malheureusement, la concrétisation de l’accord sur le terrain tarde à se dessiner et les civils continuent à en payer le prix fort. Et cela depuis décembre 2013, période à laquelle les luttes intestines ont pris une dimension tragique dans ce pays désormais en lambeaux.

Ainsi, selon Le Figaroqui relaie des chiffres publiés par les Nations unies – des hommes et femmes ont en effet été “délibérément et brutalement pris pour cibles dans de nouvelles violences dans l’Etat de Central Equatoria (Sud) où au moins 104 personnes ont (perdu la vie) dans des attaques contre des villages”.

Des annonces, peu d’actes

Pire l’ONU dénonce parallèlement le même nombre de femmes et de jeunes filles violées ou victimes d’autres violences sexuelles entre septembre 2018 et avril 2019. Sachant que “beaucoup d’entre elles ont été enlevées par des groupes armés pour devenir des épouses”.

Dans les faits, les Sud-Soudanais devront attendre le mois de novembre avant de goûter, éventuellement, à une période d’accalmie politique bien méritée. Puisque l’accord de paix ne pourra voir le jour, au mieux, avant cette date.

Pour information, les velléités de leadership opposant Kiir et Machar ont occasionné, depuis presque 6 ans, plus de 380 000 morts au total sur le territoire. Mais aussi poussé plus de 4 millions de Sud-Soudanais, soit près d’un tiers de la population, à quitter leur foyer.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7... Voir l'article

  • Urgent

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

    Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à Moscou d’assurer l’indépendance de son... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article