La Banque mondiale et la BAII comptent mener des projets communs

La Banque mondiale supervisera toutefois la majorité des crédits que la nouvelle banque chinoise d’investissement (BAII) compte accorder en 2016 (soit 1,2 milliard).

Cette union pourrait ainsi intervenir dans “une dizaine” de projets d’infrastructures (transport, eau, énergie) sur le continent asiatique, souligne le communiqué.

Jim Yong Kim, le président de la Banque mondiale, a estimé de son côté qu’il s’agissait « d’une étape importante pour travailler avec un nouveau partenaire afin de répondre aux immenses besoins d’infrastructures dans le monde. » 

Quant au président de la BAII, Jin Liqun, ce dernier s’est attelé, lors d’une intervention mercredi dernier à Washington, à répondre aux nombreuses critiques mettant en doute “les capacités” de la banque chinoise à dynamiser l’impact social ou environnemental des projets qu’elle finance :

« S’il y a de la corruption, désolé nous ne pouvons pas le faire » a-t-il martelé en assurant rechercher des projets « financièrement soutenables et acceptables d’un point de vue environnemental et social. »

Ce dernier a d’ailleurs conclu son intervention avec pragmatisme : « Nous n’avons pas à nous faire concurrence. (…) Il y a de très vastes terrains de coopération. »

Pour rappel, si la BAII créée en 2015 compte actuellement 57 À‰tats membres, les Etats-Unis et le Japon on néanmoins refusé d’y adhérer.

 Source : La Tribune

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.