Sécurité informatique : le système de paiement Swift à nouveau hacké

Swift, un réseau interbancaire ultra-sécurisé qui offre une palette de services extrêmement diversifiés (transferts de compte à compte, opérations sur devises ou sur titres, recouvrements..), a été la cible pour la seconde fois de pirates informatiques. Ces derniers ont réussi à accéder au système de messages interbancaires.

Selon le site canadien La Presse, l’entreprise, qui compte parmi ses clients les plus importantes banques mondiales, lors a adressé ce jour un courrier détaillant « comment l’utilisation d’un programme malveillant permet non seulement d’initier des transferts de fonds, mais aussi, dans un deuxième temps, de falsifier des déclarations ou des confirmations auxquelles recourent les banques pour des contrôles complémentaires, afin de retarder la découverte de la fraude. »

Cette attaque fait également écho avec celle qui avait permis en février à des malfaiteurs de dérober 81 millions de dollars sur un compte de la Banque centrale du Bangladesh auprès de la Réserve fédérale à New York, rapporte le FBI.

L’enquête démontre d’ailleurs que dans ces deux cas, « l’objectif des hackers s’inscrit dans une campagne aux capacités d’adaptation élevées dont le but est de s’en prendre aux banques », indique Swift, qui rajoute que « les méthodes utilisées par les pirates démontrent clairement une connaissance approfondie et sophistiquée des opérations de ce type dans les banques visées (…) Une connaissance qui pourrait avoir été acquise en interne par une personne mal intentionnée ou par des attaques informatiques. »

Pour autant, à ce stade des investigations, le FBI a annoncé qu’il était encore trop tôt pour connaitre l’identité des contrevenants ainsi que leurs motivations sur la seule base de preuves informatiques.

Source : La Presse

Article connexe : Piratage mondial : les banques tirent le signal d’alarme

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.