Le Soudan ouvre l’uranium aux investissements… et à la Russie

Publication: 13/03/2018

L’état-major soudanais a annoncé lundi 12 mars que son riche vivier d’uranium (le 3ème au monde) était désormais ouvert aux investissements étrangers. Le but étant pour Khartoum de multiplier ses réserves de devises étrangères, appauvries par la perte de ses puits pétroliers suite à l’indépendance du Soudan du Sud en 2011.

Pour autant, la Russie s’est déjà positionnée sur ce dossier depuis plusieurs années et garde un train d’avance sur ses concurrents. Le président El-Béchir est en effet intimement convaincu que le savoir-faire de Moscou en matière d’extraction de cette matière première demeurera prépondérant à l’avenir pour l’exploitation des centrales nucléaires domestiques.

Cette tendance avait d’ailleurs été confirmée en juillet 2015 par la Compagnie d’études géologiques du Soudan qui venait de découvrir de grandes quantités du minerai dans diverses régions du pays.

Logiquement, l’Etat a dû prendre les décisions qui s’imposent lors de la dernière réunion régulière du Comité de contrôle du taux de change. Et cela, afin de placer le partenaire russe dans les meilleures conditions.

Le tapis rouge pour Moscou

Le gouvernement a donc acté la modification d’un certain nombre de textes législatifs portant sur le commerce, les devises étrangères, les ressources minérales, le stockage des minéraux précieux, ainsi que l’exportation à des prix plus attractifs que ceux proposés par les marchés internationaux. Mais ce n’est pas tout, puisque la justice soudanaise a décidé parallèlement de serrer la vis sur l’épineuse problématique de la fraude au certificat d’origine.

Pour rappel, Khartoum fait face actuellement à une importante crise économique, marquée par une dévaluation de la Livre (la monnaie nationale) début 2018, ainsi qu’une suppression des subventions sur plusieurs produits de base.

Source : La Tribune 

Article connexe :

Diamant : la bourse d’Israël lance sa crypto-monnaie

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays,... Voir l'article

Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

Syrie : Washington retire ses troupes au Nord et laisse les forces kurdes à la merci d’Ankara

Si Donald Trump avait indiqué au moins de janvier dernier que le retrait des forces US du nord-est de la... Voir l'article

  • Urgent

    Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

    Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays, le régime de Bachar al-Assad... Voir l'article

    Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

    Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est... Voir l'article

  • personnalites

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

    Alstom, scandale d’Etat ?

    Les modalités et les ramifications de la vente d’Alstom Energie à son concurrent américain General Electric plongent l’observateur dans un océan d’incompréhension. La justice française... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article