Le Soudan ouvre l’uranium aux investissements… et à la Russie

Publication: 13/03/2018

L’état-major soudanais a annoncé lundi 12 mars que son riche vivier d’uranium (le 3ème au monde) était désormais ouvert aux investissements étrangers. Le but étant pour Khartoum de multiplier ses réserves de devises étrangères, appauvries par la perte de ses puits pétroliers suite à l’indépendance du Soudan du Sud en 2011.

Pour autant, la Russie s’est déjà positionnée sur ce dossier depuis plusieurs années et garde un train d’avance sur ses concurrents. Le président El-Béchir est en effet intimement convaincu que le savoir-faire de Moscou en matière d’extraction de cette matière première demeurera prépondérant à l’avenir pour l’exploitation des centrales nucléaires domestiques.

Cette tendance avait d’ailleurs été confirmée en juillet 2015 par la Compagnie d’études géologiques du Soudan qui venait de découvrir de grandes quantités du minerai dans diverses régions du pays.

Logiquement, l’Etat a dû prendre les décisions qui s’imposent lors de la dernière réunion régulière du Comité de contrôle du taux de change. Et cela, afin de placer le partenaire russe dans les meilleures conditions.

Le tapis rouge pour Moscou

Le gouvernement a donc acté la modification d’un certain nombre de textes législatifs portant sur le commerce, les devises étrangères, les ressources minérales, le stockage des minéraux précieux, ainsi que l’exportation à des prix plus attractifs que ceux proposés par les marchés internationaux. Mais ce n’est pas tout, puisque la justice soudanaise a décidé parallèlement de serrer la vis sur l’épineuse problématique de la fraude au certificat d’origine.

Pour rappel, Khartoum fait face actuellement à une importante crise économique, marquée par une dévaluation de la Livre (la monnaie nationale) début 2018, ainsi qu’une suppression des subventions sur plusieurs produits de base.

Source : La Tribune 

Article connexe :

Diamant : la bourse d’Israël lance sa crypto-monnaie

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7... Voir l'article

  • Urgent

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

    Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à Moscou d’assurer l’indépendance de son... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article