La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été libéré aujourd’hui par la justice. Ce dernier, premier djihadiste du pays a être “relâché” après un séjour en Syrie, sera toutefois soumis à de nombreuses contraintes.

Dans les faits, l’intéressé fut trahi par une interview qu’il avait accordée au média suisse, Le Temps, dans laquelle il retraçait son parcours au sein du pays cher à Bachar al-Assad. Les agents anti-terroristes français n’ont donc pas forcé leur talent pour placer F. Moreau sous les verrous.

Quoi qu’il en soit, ce dernier, désormais libre, ne jouira pas d’un quotidien des plus confortable. Et pour cause, comme le révèle Le Figaro, “sa sortie s’accompagne de diverses obligations et interdictions. Il doit notamment résider à un endroit déterminé, recevoir des soins et avoir un emploi. Il lui est, en outre, interdit de détenir une arme ou de quitter le territoire sans autorisation. (Au final), ces mesures dureront onze mois et dix-huit jours car elles sont assises sur les réductions de peine obtenues quand il était en détention ».

Mais ce n’est pas tout, ce dernier apparaîtra de facto au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (FIJAIT). Avec pour obligation de justifier son adresse tous les trois mois et déclarer tout déplacement à l’étranger pendant dix ans. Il continuera par ailleurs à “bénéficier” d’une surveillance pointilleuse des services de renseignement.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.