L’or reste une valeur sûre malgré la crise sanitaire

Alors que le cours de l’or a bondi de 500% au cours des 20 dernières années, le cru 2020 continue de faire honneur à cette courbe insolente. Et cela, malgré les conséquences économiques liées à la crise Covid-19.

D’après l’expertise d’une société spécialisée, Numissima, basée à Bordeaux, la vente du précieux métal demeure en pleine expansion. Le rachat prend d’ailleurs une ampleur parfois insoupçonnable pour le commun des mortels. Et pour cause, sont concernés « des bijoux même cassés, des pièces, jusqu’à des débris », confirme sa directrice, sollicitée par France Bleu.

Dans la foulée, Sonia Yungcker précise que « les gens n’ont aucune idée de la valeur de leur bien, ce qui est tout à fait normal. Déterminer le poids déjà, c’est très compliqué. Mais c’est vrai qu’avec deux trois débris, on est vite à 10 grammes. Et 10 grammes, en ce moment, ça peut valoir 300 euros par exemple en 18 carat ».

Valeur refuge

Une aubaine, donc, pour les structures intermédiaires comme Numissima : « Nous revendons facilement puisqu’il y a une éternelle demande de métaux précieux que ce soit pour la joaillerie ou encore l’industrie. On l’utilise même dans les puces d’ordinateurs et de téléphones portables… », ajoute l’intéressée. Qui ne manque pas de saluer la valeur refuge de l’or :

« Même si le cours de l’or peut bouger, il suivra toujours le coût de la vie. Si vous en achetez aujourd’hui ou dans deux ans, même si le cours a baissé, vous ferez la même chose avec l’or que vous avez acheté que vous ne le feriez aujourd’hui. »

A bon entendeur.

A lire aussi : Les BRICS souhaitent créer une bourse mondiale de l’or

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.