Toyota : le constructeur nie toute implication dans la livraison de véhicules à l’EI

Publication: 12/10/2015
Toyota va collaborer avec le gouvernement américain

Toyota va collaborer avec le gouvernement américain

Alors que de nombreuses images montrent des djihadistes de l’Etat Islamique roulant en pick-up de la marque Toyota, le gouvernement américain a décidé d’ouvrir une enquête. Le constructeur japonais écarte cependant toute responsabilité dans la livraison de voitures au groupe terroriste.

Washington a demandé des comptes à Toyota qui a accepté de pleinement collaborer dans cette affaire. Le groupe a assuré ne pas pouvoir maîtriser toutes les réseaux d’approvisionnement internationaux comme le souligne ED Lewis, le porte-parole du groupe : « Nous avons établi des contrôles dans le but d’empêcher nos produits d’être détournés en vue d’une utilisation militaire non-autorisée et nous soutenons l’enquête de la justice américaine qui se penche plus largement sur les chaînes d’approvisionnement internationales et les flux de capitaux et de marchandises au Moyen-Orient. »

Mais pour Ronald Paul, membre du parti républicain, “le mystère” trouverait sa source ailleurs. Ses recherches ont mis en évidence que les gouvernements américain et britannique ont octroyé (en 2013) toute une flotte de véhicules à l’armée syrienne libre, principale opposition du régime d’el-Assad. D’autre part, « le Département d’À‰tat des Etats-Unis aurait poursuivi les livraisons en 2014 » précise Tony Cartalucci, observateur et représentant de l’Institut pour la paix et pour la prospérité fondée par Ronald Paul.

Toutefois, aucune explication officielle n’est actuellement en mesure de justifier pourquoi des véhicules Toyota se trouvent aux mains de l’Etat Islamique.

Source : Sputnik et Le Figaro

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Les entreprises sont-elles préparées au risque cyber ?

Une récente étude pointe du doigt le faible niveau de défense des entreprises aux risques de cyber-attaques. Avec la généralisation... Voir l'article

Facebook et Twitter : une politique de censure à double tranchant ?

Les élections américaines, qui ont finalement couronné le démocrate Joe Biden, malgré les accusations de fraude de son rival Donald... Voir l'article

Facebook fait main basse sur les données des utilisateurs de WhatsApp

À partir du 8 février prochain, les utilisateurs de WhatsApp, propriété de Facebook, auront l’obligation de partager leurs données avec... Voir l'article

L’UE révise l’indice de surveillance de la qualité de l’air

L’Agence européenne pour l’environnement a mis en place depuis le 1er janvier un nouveau mode de calcul de la qualité... Voir l'article

  • Urgent

    Facebook et Twitter : une politique de censure à double tranchant ?

    Les élections américaines, qui ont finalement couronné le démocrate Joe Biden, malgré les accusations de fraude de son rival Donald Trump, ont également vu émergé... Voir l'article

    Nucléaire : l’Iran va-t-elle tirer profit de l’élection américaine ?

    Selon une information de I24 News, le gouvernement iranien a informé mercredi 13 janvier à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) du processus d’avancement de... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    Facebook et Twitter : une politique de censure à double tranchant ?

    Les élections américaines, qui ont finalement couronné le démocrate Joe Biden, malgré les accusations de fraude de son rival Donald Trump, ont également vu émergé... Voir l'article

    Donald Trump lève les sanctions US à l’encontre de Taïwan, au grand dam de la Chine

    Selon Courrier International, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a levé samedi 9 janvier toutes les restrictions qui encadraient les contacts entre l’oncle Sam et... Voir l'article

    Les pays du Golfe fument le calumet de la paix mais n’enterrent pas la hache de guerre

    Après trois ans de blocus, Riyad et ses alliés ont scellé leur réconciliation avec Doha sous la pression d’une Administration Trump pressée d’achever sa “grande... Voir l'article