Turquie : Fethullah Gülen demande une enquête internationale sur le coup d’État avorté

Publication: 12/08/2016

Dans une tribune publiée par Le Monde ce vendredi, Fethullah Gülen a exhorté les autorités internationales à enquêter avec transparence sur le putsch avorté du 15 juillet dernier à Ankara, dont le gouvernement local l’accuse d’être le commanditaire.

L’ancien allié du président en place, Recep Erdogan, aujourd’hui exilé aux USA et sous le coup d’un mandat d’arrêt, souhaite mettre fin aux accusations dont il fait l’objet. Des soupçons qui cristallisent chaque jour un peu plus l’opinion publique d’un pays en pleines turbulences politiques.

Si Ankara évoque une instrumentalisation de l’intéressé par Washington, ce dernier estime de son côté être le suspect un peu trop idéal d’un exécutif turc désireux d’assouvir un peu plus sa domination domestique. Son plaidoyer s’est donc axé sur une exigence de transparence judiciaire, alors que son bras de fer avec Erdogan sur ce dossier atteint son paroxysme.

Le fondateur du mouvement Hizmet a en conséquence surligné que sa formation n’était en aucun cas impliquée dans l’horrible tragédie du 15 juillet (plus de 290 morts), niant parallèlement une quelconque velléité de déstabilisation étatique : “Si des militaires qui se disent sympathisants du Hizmet ont trempé dans cette conjuration, je le dis sans aucun état d’âme, ce sont des félons qui ont ébranlé l’unité et l’intégrité du pays, des individus qui ont trahi mon idéal et qui ont fait des centaines de milliers de victimes. Si d’aucuns ont été sous l’influence du penchant interventionniste de l’armée et ont préféré piétiner les valeurs du Hizmet au nom de ce réflexe – ce que je ne pense pas – leurs fautes ne peuvent être imputées à tous les sympathisants du mouvement. Que Dieu les punisse.”

F.Gülen a évoqué par la suite le manque de latitude criant dont souffre le système judiciaire turc tant la main mise de R.Erdogan sur son processus décisionnaire ne souffre aujourd’hui d’aucune contestation.

Il est donc naturel pour ce dernier que les investigations sur cette affaire soient menées par des organes impartiaux : “Personne, ni moi ni un autre, n’est au-dessus du droit. Je souhaite que tous les coupables, quelle que soit leur affiliation, soient condamnés aux peines qu’ils méritent dans le cadre d’un procès équitable. Mais, depuis octobre 2014, le système judiciaire est sous la tutelle du pouvoir. La probabilité d’obtenir un procès équitable est donc quasi nulle. C’est la raison pour laquelle j’ai appelé à la création d’une commission internationale et annoncé que j’accepterais ses conclusions.”

A noter que la purge orchestrée par l’exécutif turc suite à ce triste épisode, n’a pas manqué de faire réagir le prédicateur qu’il compare à un véritable génocide : “Victimes d’une chasse aux sorcières, des centaines de milliers d’individus vivent un véritable drame humanitaire. Près de 90 000 personnes ont perdu leur emploi, 21 000 professeurs se sont vus retirer leur autorisation d’enseigner. Que souhaite le gouvernement ? Affamer ces gens qui ne peuvent plus exercer leurs métiers et qui sont frappés d’une interdiction de sortie du territoire ? Quelle est alors la différence avec les mesures pré-génocidaires de l’histoire européenne ?”

Si ces questions restent pour le moment sans réponse, l’homme se dit prêt à collaborer avec la justice turque, mais uniquement dans un cadre légal dont l’issue ne souffrirait d’aucune contestation : “Une commission internationale indépendante devra (obligatoirement) mener les investigations sur cette tentative de coup d’Etat”, précise-t-il.

Avant d’affirmer avec véhémence que “si le dixième des accusations dirigées contre (lui) était alors établi”, il s’engagerait alors “à retourner en Turquie pour y subir la peine la plus lourde.”

Source : Le Monde

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

TRIBUNE – Le militantisme associatif, une arme pour entraver la concurrence

Consultant en affaires publiques et ancien de l’École de Guerre Économique, Pierre d’Herbès plaide pour une culture d’entreprise française moins... Voir l'article

De La Rue et Inexto associées au Maroc ? C’est l’industrie du tabac qui se frotte les mains

L’information est révélée par le média marocain Le Desk. De La Rue et Inexto envisageraient une alliance pour remporter le... Voir l'article

Corne de l’Afrique : l’amour ne dure qu’un an ?

Maître de conférence à l’Université catholique de Lille, Sciences Po – USPC, Sonia Le Gouriellec analyse l’actuelle période de transition... Voir l'article

Venezuela : les négociations entre Caracas et l’opposition au point mort

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le chef de l’opposition et du Parlement, Juan Guaido, n’arrivent toujours pas à s’entendre... Voir l'article

  • Urgent

    TRIBUNE – Le militantisme associatif, une arme pour entraver la concurrence

    Consultant en affaires publiques et ancien de l’École de Guerre Économique, Pierre d’Herbès plaide pour une culture d’entreprise française moins naïve et plus offensive face... Voir l'article

    De La Rue et Inexto associées au Maroc ? C’est l’industrie du tabac qui se frotte les mains

    L’information est révélée par le média marocain Le Desk. De La Rue et Inexto envisageraient une alliance pour remporter le nouveau contrat de marquage fiscal... Voir l'article

  • personnalites

    Affaire Meng Hongwei : Pékin rompt sa coopération policière avec la France

    Près de huit mois après la disparition de son mari, Hongwei Meng, ex-patron chinois d’Interpol, Grace Meng avait obtenu en mai dernier le statut de... Voir l'article

    Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

    Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à la frontière du Venezuela et... Voir l'article

    Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

    America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique et militaire des Etats-Unis au... Voir l'article