Les djihadistes étrangers emprisonnés, outil du hard power irakien

Publication: 12/06/2019

Le gouvernement irakien a décidé d’utiliser les quelques 500 djihadistes étrangers détenus dans les geôles du pays comme une arme diplomatique particulièrement efficace sur la scène internationale.

Dans les faits, le système pénal irakien sanctionne quasi-systématiquement les djihadistes nationaux et étrangers de la peine de mort. Sachant que dans de rares cas, la justice locale privilégie l’option de l’emprisonnement à perpétuité.

Pour autant, il est important de souligner que ces hommes et femmes ne connaîtront pas le même destin s’ils sont de nationalité irakienne ou originaires d’autres nations. Ainsi, quant les premiers sont bel et bien exécutés, les seconds sont, eux, gardés bien “au chaud”. Et cela, afin de faire office de monnaie d’échange avec de grandes puissances mondiales qui attestent d’un ou plusieurs de leurs ressortissants derrière les barreaux sur le territoire.

C’est du moins ce que révèle auprès du JDD le journaliste, Wassim Nasr, auteur du livre “Etat islamique, le fait accompli“. Selon lui, la politique menée par Bagdad vise clairement « à demander des financements, des contrats ou un levier qui pourra être activé à n’importe quel moment face à l’Etat d’origine ».

Paris fait le jeu de Bagdad

Concrètement, ce jeu du chat et de la souris fait logiquement le jeu des autorités irakiennes puisque de nombreux pays militent pour que leurs vilains petits canards “restent en vie”.  Ce qui est le cas de la France, par exemple. La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, l’a d’ailleurs fermement rappelé jeudi sur les ondes de RMC :

« Il y a des discussions en cours. Nous veillons à ce que la peine de mort ne soit pas (applicable) pour les personnes dont nous avons la responsabilité. Nous avons dit à plusieurs reprises à l’Etat irakien que la peine de mort (n’est pas une solution acceptable). »

Pour rappel, Washington a exhorté à de nombreuses reprises ses alliés européens de l’Otan à rapatrier “leurs djihadistes” dans les plus brefs délais. Pour autant, tous ne l’entendent pas de cette oreille et préfèrent se délester de ce lourd fardeau…. De quoi conforter encore un peu plus les velléités politiques de Bagdad dans ce dossier.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Washington demande à Bagdad une sécurité renforcée pour ses troupes

Le chef de la diplomatie US, Mike Pompeo, a tapé du poing sur la table dimanche 23 février en appelant... Voir l'article

Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique... Voir l'article

Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du... Voir l'article

L’ONU de plus en plus pressante sur le dossier libyen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi 12 février une résolution condamnant la recrudescence des violences en... Voir l'article

  • Urgent

    Washington demande à Bagdad une sécurité renforcée pour ses troupes

    Le chef de la diplomatie US, Mike Pompeo, a tapé du poing sur la table dimanche 23 février en appelant le gouvernement irakien à serrer... Voir l'article

    Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

    Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique judiciaire européenne. Et pourtant, malgré... Voir l'article

  • personnalites

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article