Corée du Nord : une dénucléarisation en question

Alors que le sommet de Singapour – qui s’est déroulé mardi 12 juin entre Donald Trump et Kim Jong-un – a abouti sur un accord de dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, les contours du texte restent encore très vagues pour le moment.

“Tourner la page du passé”, tel était le maître-mot de cette rencontre plus qu’attendue entre le locataire de la Maison Blanche et le maréchal nord-coréen. Au vu des premiers mots du président américain, le succès est donc de la partie puisque Trump a officialisé ce matin “l’extrême importance” du document signé entre les deux parties.

Pour autant, comme l’indique l’Obs, “ce texte tient (seulement) sur une page et reste très vague dans ses formulations, y compris en termes de calendrier. Il reprend de précédents engagements de Pyongyang, jamais mis en œuvre, sans préciser que la dénucléarisation doit être vérifiable et irréversible, comme le réclamaient les Etats-Unis avant le sommet”. En conséquence, il est encore trop tôt pour affirmer que ce dossier est définitivement clos.

Un dossier figé

Quoi qu’il en soit, le document comprend en tout et pour tout quatre résolutions. En voici le détail relayé par le média :

  • “Les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée s’engagent à établir de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC en accord avec les désirs de paix et de prospérité de leurs peuples.”
  • “Les Etats-Unis et la RPDC joindront leurs efforts pour établir une paix durable et stable dans la péninsule coréenne.”
  • “Réaffirmant la Déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018, la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.”
  • “Les Etats-Unis et la RPDC s’engagent à récupérer les restes de militaires des Etats-Unis (encore disparus de la guerre du Vietnam, qui s’est terminée en 1975), à commencer par le rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés.”

Dans une conférence de presse donnée dans la foulée, Donald Trump a néanmoins tenu à approfondir quelques points. Premièrement, Kim Jong-un s’est engagé à détruire dans les plus brefs délais “un site majeur de tests de missiles”. Deuxièmement, les USA et la Corée du Sud ont accepté de mettre fin à leurs exercices militaires communs considérés comme “provocateurs” par Pyongyang.

Enfin, Washington a refusé de lever ou d’assouplir les sanctions économiques pesant sur la Corée du Nord tant que la menace nucléaire subsistera. Une nouvelle preuve que rien ne semble réellement réglé à l’instant T dans ce bourbier diplomatique.

Source : L’Obs

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.