Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Publication: 11/10/2019

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est de constater que le secteur a encore de beaux jours devant lui. Un immense gisement situé au Botswana s’apprête en effet à dévoiler tout son potentiel, relaie Sciences et Avenir.

“L’annonce n’a pas fait grand bruit et pourtant, à l’heure où l’urgence climatique a atteint un stade critique, on aurait pu imaginer qu’elle déchaîne quelques passions. Depuis le début du mois d’août, un immense gisement de charbon du sud du continent africain, quasi-intouché jusqu’ici, a commencé à être exploité. Situé au Botswana, non loin de la capitale Gaborone, il devrait fournir à l’Afrique du Sud et à la Namibie l’équivalent de 100 000 tonnes de charbon par mois d’ici 2020. Une entreprise qui va à l’encontre des objectifs climatiques, le charbon étant l’un des grands responsables des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.”

Dans les faits, l’entreprise qui exploite le gisement a déjà extrait 39 000 tonnes sur le site au mois de juillet. D’ici la fin de l’année, la barre des 80 000 devrait allègrement être franchie, tout comme le palier des 100 000 courant 2021.

De quoi contrarier le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) qui milite ardemment pour que la communauté internationale tourne le dos définitivement au charbon, au pétrole et au gaz. Et cela, afin de limiter le réchauffement à 1,5 degrés.

Le jeu de dupes de la Chine

Une orientation que ne prend certainement pas la Chine par exemple. Et pour cause, Pékin – qui a pourtant fait de la lutte contre le réchauffement climatique un cheval de bataille – continue à tenir une position ambiguë sur la problématique du charbon, dont il est l’un des plus importants producteurs du globe. Le Centre Énergie & Climat de l’Ifri a en effet révélé que la consommation d’énergie du géant asiatique pour 2018 avait augmenté, tout comme les émissions nationales de gaz à effet de serre. Par ailleurs, les acteurs chinois exportent également à l’étranger leurs technologies et participent à de très nombreux projets de centrales dédiées (102 GW de capacités cumulées).

L’Europe largement impactée

Du côté de l’Europe, le constat n’est pas plus reluisant puisque le charbon serait responsable de 23 000 morts par an sur le Vieux Continent, confirme un rapport de plusieurs ONG (WWF, Climate Action Network, Heal et Sandbag) datant de 2016. Ce document intitulé “Le nuage noir de l’Europe : comment les pays utilisant du charbon rendent leurs voisins malades”, souligne l’impact de ces structures sur la santé, et cela pour l’année 2013. Les données utilisées sont en outre très importantes, puisque 257 centrales sur 280 ont fait l’objet d’une étude.

Les dommages humains demeurent ainsi exponentiels, puisque les effets du charbon ont entraîné quelques 22 900 morts prématurées, mais aussi des dizaines de milliers de cas de maladies cardiaques, bronchites ou encore cancers. Mais ce n’est pas tout, “plus de la moitié des morts prématurées dans l’UE dues à l’hydrocarbure peuvent être attribuées à 30 centrales”, poursuit le plaidoyer… qui cible principalement les particules fines. Ces dernières constituant “l’ingrédient le plus toxique de cette pollutionà hauteur de 83% (19 000 morts)”.

Quant au mercure, il trouve aussi une bonne place sur les bancs des accusés par sa capacité à “endommager le système nerveux de milliers de fœtus en Europe tous les ans.”

Les impacts sanitaires sont parallèlement chiffrés entre 32,4 à 62,3 milliards d’euros par les ONG qui contestent dans la foulée “le mythe selon lequel le charbon est une source d’énergie bon marché.”

La France doublement impactée

Au rayon des pays les plus touchés par le phénomène apparaissent ainsi en premier lieu l’Allemagne (3630 morts prématurées au total) et l’Italie (1610). Suivent successivement la France (1380), la Grèce (1050) et la Hongrie (700).

Ironie du sort, l’Hexagone est doublement victime sur ce dossier puisque Paris “a peu de charbon dans son mix énergétique mais demeure lourdement touché par les centrales de ses voisins.”

Enfin, un autre classement a été établi afin de mettre en évidence les cinq Etats européens dont les centrales ont provoqué le plus de décès au-delà de leurs frontières. La Pologne occupe dès lors une triste première place (4690 morts prématurées à  l’étranger), accompagnée par l’Allemagne (2490), la Roumanie (1660), la Bulgarie (1390) et le Royaume-Uni (1350).

Article connexe :

Engie dit stop au charbon en Australie

COP 23 : vingt pays tournent le dos au charbon

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

  • Urgent

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article