Malaisie : l’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad continue de décrier ses successeurs

Publication: 11/05/2016

L’ancien Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad n’en finit pas d’accuser ses successeurs de corruption. Après avoir obtenu le départ d’Abdullah Ahmad Badawi en 2008, il s’en prend désormais à Najib Razak. Mais cette fois-ci, ses manœuvres politiciennes pourraient bien se retourner contre lui.

Certaines habitudes ont la peau dure. Aussi, il semblerait que l’ancien Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, qui a dirigé le pays d’une main de fer de 1981 à 2003, soit de ceux chez qui le goût de gouverner ne passe pas, comme le prouvent ses ingérences répétées dans la vie politique du premier parti politique du pays, l’Organisation nationale unifiée malaise (UMNO). L’objet de ses dernières foudres n’autre que Najib Razak, actuel dirigeant du parti et Premier ministre malaisien, qu’il accuse de corruption. Rappelons que le pays fut ébranlé par l’énorme scandale de corruption visant la société publique 1Malaysia Development Berhad (1MDB), lors duquel le détournement de plus de 4 milliards de dollars par des entreprises malaisiennes fut révélé par la justice suisse. L’ancien Premier ministre accuse l’actuel de n’être pas étranger à cette affaire, en veut pour preuve un versement sur le compte personnel de Najib Razak d’un montant de 681 millions de dollars (soit 600 millions d’euros). Un versement qui a bien eu lieu, en mars 2013, comme l’ont révélé le Wall Street Journal et le Sarawak Report, mais dont l’origine n’est pourtant pas à aller chercher du côté de la 1MDB.

Il a en effet été démontré que cette somme n’était pas issue des détournements d’1MDB, mais qu’il s’agissait d’un versement effectué par le royaume d’Arabie saoudite. Le versement a ainsi été officiellement confirmé par le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel Al-Jubeir, présentant les documents qui motivent cette donation politique. Faits corroborés par la Australian Broadcasting Corporation dans un documentaire d’investigation qui a étudié les visites de Najib Razak en Arabie Saoudite, les dates des documents et des versements. La justice s’est également prononcée sur l’affaire il y a près d’un an, et le procureur général Apandi Ali de l’Agence malaisienne anticorruption avait alors écarté les accusations de détournements de fonds publics. Ces avancés n’ont pourtant pas semblé convaincre Mahathir Mohamad : « Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une donation. Je pense que personne ne donnerait une telle somme, Arabe ou non… Je suis encore convaincu que cet argent est en lien avec 1MDB ».

S’agirait-il d’une calomnie a visée politique ? Tout l’indique. Et Mahathir Mohamad est coutumier du fait, puisqu’il s’en était déjà pris au précédent Premier ministre Badawi, en 2008, qu’il avait pourtant personnellement nommé peu avant, estimant que ce dernier s’éloignait un peu trop de la ligne politique qu’il avait initiée. Abdullah Ahmad Badawi avait également fait l’objet d’une vaste campagne de déstabilisation visant à le débarquer de ses fonctions, campagne au cours de laquelle Mahathir Mohamad était allé jusqu’à quitter ses fonctions au sein de son parti. C’était « lui ou moi » disait-il alors. Ces attaques avaient alors atteint leur objectif. La stratégie n’est donc pas neuve : si l’un de ses poulains lui tient tête, Mahathir fait pleuvoir les accusations jusqu’à obtenir son départ et le remplacer par un Premier ministre plus conciliant. Sorte de Chronos qui dévore sa descendance, l’ancien dirigeant ne cherche même plus à cacher son souhait de conserver les rênes du pays. Et les mêmes faits se répètent : d’abord les accusations de corruption, puis le 29 février, il quittait l’UMNO, qualifiée de « parti Najib. »

Pour comprendre ce goût de l’ingérence, il faut se représenter le « système Mahathir » – un savant mélange d’autoritarisme et de prises de parti économiques. L’homme l’a lui-même confessé en conférence de presse il y a un mois avoir « été un dictateur. » Dénoncée par nombre d’ONG et d’organisations de protection des Droits de l’Homme à l’époque, sa ligne politique ne semble pas avoir bougé aujourd’hui, alors qu’il tente d’imposer ses choix à la tête du pays. A cela il faut ajouter une fâcheuse tendance à gommer la ligne qui sépare politique et affaires, tendance qui elle-même ne s’est pas arrêtée avec la fin du mandat de Mahatir. Ce dernier a ainsi reproché à ses successeurs de ne pas avoir assuré la continuité des projets lancés lorsqu’il était au pouvoir, notamment la construction d’un pont, projet dans lequel sa participation économique est avérée. C’est le refus de poursuivre ce projet « boiteux » dans « un contexte économique national morose » qui avait d’ailleurs valu à Al Badawi de s’attirer les mauvaises grâces du despote, fraichement retraité, en 2006.

Cette tentative pourrait cependant s’avérer celle de trop. Le mois dernier, Dr Mahathir s’est vu contraint de démissionner de plusieurs postes d’influence qu’il occupait au sein d’organismes économiques tels que Proton Holdings, dont il était président, l’Universiti Teknologi Petronas (UTP) où il était chancellier, Langkawi Development Authority (LADA) et Tioman Island Development Authority (TIDA) où il était conseiller. Une disgrâce qui pourrait consacrer de fait la fin d’une direction officieuse du pays, qui date de son départ officiel en 2003.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

La formation des cadres, enjeu de la guerre économique

ENTRETIEN. Officier des troupes de marine détaché auprès des Royal Marines britannique, Raphaël Chauvancy est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés... Voir l'article

Syrie : Trump souhaite protéger le pétrole à l’Est

Après avoir annoncé le 7 octobre dernier le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, Donald Trump a... Voir l'article

Un chercheur français de l’Institut d’études politiques détenu depuis trois mois en Iran

Si les tensions entre Washington et Téhéran sur le dossier du nucléaire iranien se répercutent fatalement sur l’ensemble des acteurs... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

  • Urgent

    La “Fête des célibataires”, véritable mine d’or pour l’e-commerce chinois

    Si cette fête singulière au sein de l’Empire du Milieu est destinée à apporter du réconfort aux personnes seules tous les 11 novembre, elle n’en... Voir l'article

    Berlin annonce l’ouverture d’une nouvelle centrale de charbon

    Alors que l’Allemagne s’est engagée à abandonner le charbon en 2038 afin de se rapprocher des objectifs inhérents à l’Accord de Paris (2015), Berlin a... Voir l'article

  • personnalites

    La formation des cadres, enjeu de la guerre économique

    ENTRETIEN. Officier des troupes de marine détaché auprès des Royal Marines britannique, Raphaël Chauvancy est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés aux problématiques de puissance et... Voir l'article

    Syrie : Trump souhaite protéger le pétrole à l’Est

    Après avoir annoncé le 7 octobre dernier le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, Donald Trump a néanmoins décidé de procéder à... Voir l'article

    Un chercheur français de l’Institut d’études politiques détenu depuis trois mois en Iran

    Si les tensions entre Washington et Téhéran sur le dossier du nucléaire iranien se répercutent fatalement sur l’ensemble des acteurs majeurs de l’échiquier international, il... Voir l'article