Retour sur la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et ses répercussions en France

Publication: 11/01/2020

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl est intervenue le  dans la centrale nucléaire V.I. Lénine, située à l’époque en République socialiste soviétique d’Ukraine en URSS. Il s’agit de la plus grave catastrophe nucléaire du XXème siècle, classée au niveau 7, le plus élevé, de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES), surpassant, d’après l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), par ses impacts environnementaux immédiats l’accident nucléaire de Fukushima de 2011, classé au même niveau.

Concrètement, l’IRSN mentionne pour ces accidents des effets sanitaires potentiels, une contamination durable de territoires et d’importantes conséquences économiques et sociales. Et confirme de facto une augmentation incontrôlée de la puissance du réacteur numéro 4, conduisant à la fusion du cœur.

Cela a entraîné le craquage de l’eau des circuits de refroidissement conduisant par la suite à une explosion et la libération d’importantes quantités d’éléments radioactifs dans l’atmosphère, provoquant une très large contamination de l’environnement, et de nombreux décès et maladies survenus immédiatement ou à long terme du fait des irradiations ou contaminations.

Les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl, controversées, sont importantes aussi bien sur le plan sanitaire, écologique, économique que politique. Dans le faits, plus de 200 000 personnes ont fait l’objet d’une évacuation définitive.

Le nombre de morts directement liés à la catastrophe, objet de controverses, varie selon les sources de 200 (décès d’origine radiologique avérés officiellement constatés par les Nations unies) à un peu moins d’un million. Par ailleurs, l’Ukraine a formellement reconnu en 2016 35000 décès directement liés à Tchernobyl. D’autres estimations font état de 150 000 “liquidateurs” morts sur les 350 000 d’Ukraine.

Quant à Mikhaïl Gorbatchev, secrétaire général du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique au moment de la catastrophe, ce dernier avait affirmé sans concession en 2011 que “(le monde) n’avait pas encore pris toute la mesure de cette tragédie.”

Une polémique sans précédent

Et pour cause, comme le souligne LCI, les informations venant de l’ex-URSS quant à l’ampleur de l’accident nucléaire sont floues. Les services météo se veulent eux-même rassurants.

“En France, l’anticyclone des Açores s’est développé (…) Il restera jusqu’à vendredi prochain suffisamment puissant pour offrir une véritable barrière de protection. Il bloque en effet toutes les perturbations venant de l’Est”, entend-on ainsi de la bouche de la speakerine Brigitte Simonetta dans le bulletin du 30 avril 1986 d’Antenne 2. La carte, barrée d’un panneau “Stop” sans équivoque, laisse d’ailleurs entendre que le nuage ne passera pas la frontière de l’Hexagone.

A l’époque, ces données sont loin d’être connues du grand public. Jusqu’au 10 mai 1986, les communiqués des ministères se veulent tous aussi rassurants les uns que les autres. Le 6 mai par exemple, le ministère de l’Agriculture précise que “le territoire français, en raison de son éloignement, a été totalement épargné par les retombées de radio-nucléïdes consécutives à l’accident de la centrale de Tchernobyl. A aucun moment les hausses observées de radioactivité n’ont posé le moindre problème d’hygiène publique”.

Au final, aucune précaution particulière n’est demandée aux femmes enceintes et aucune mesure n’est prise concernant l’agriculture et l’alimentation, poursuit le média. Une politique qui diverge donc sensiblement de celle d’autres pays du Vieux Continent…

Puisque l’Italie, la Suède, le Royaume-Uni et l’Allemagne de l’Ouest prennent  leurs précautions pour limiter les contaminations : interdiction de vendre des légumes à feuilles et du lait frais, interdiction pour les enfants de jouer dans les bacs à sable, indemnisation des agriculteurs, etc…

La France toujours contaminée 30 ans après ?

A lire aussi : Le charbon, véritable épée de Damoclès au-dessus des Européens

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique... Voir l'article

Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars.... Voir l'article

L’or va-t-elle poursuivre son embellie en 2020 après un bon cru 2019 ?

Avec une croissance de 400% en 20 ans et de 19% en 2019, le cour de l’or connait une progression... Voir l'article

Brexit : les négociations toujours au point mort entre Londres et Bruxelles

Comme le rappelle le site Toute L’Europe, “le Conseil de l’UE a validé mardi 25 février le mandat de négociation... Voir l'article

  • Urgent

    L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

    Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique a pris une tournure critique... Voir l'article

    L’or va-t-elle poursuivre son embellie en 2020 après un bon cru 2019 ?

    Avec une croissance de 400% en 20 ans et de 19% en 2019, le cour de l’or connait une progression insolente. Ce placement refuge séduit... Voir l'article

  • personnalites

    Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

    Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars. Depuis, les manifestations se poursuivent... Voir l'article

    “DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

    Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn s’est refait depuis une santé... Voir l'article

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article