La DGSI veut recruter 1200 personnes d’ici 5 ans

Publication: 10/11/2019

La Direction générale de la Sécurité intérieure, habituellement particulièrement discrète, a décidé de lancer une campagne de recrutement plus classique afin d’étoffer ses effectifs.

“Emboîtant le pas à sa cousine de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la DGSI a décidé de faire connaître au grand public ses besoins en recrutement au moment où elle prévoit d’accroître ses effectifs de 1200 personnes d’ici 2022-2024”, relaie L’Express.

Un postulat confirmé par le patron de l’institution, Nicolas Lerner, via un communiqué :

“La DGSI est un service actif de police nationale et a vocation à le rester. Une part significative des recrutements supplémentaires a vocation à concerner des policiers de tout corps et de tout grade. Néanmoins l’évolution des menaces (terrorisme, cyber-attaque, contre-espionnage, protection des intérêts économiques de la France) justifie que nous diversifiions totalement les profils que nous recrutons. Analystes susceptibles d’interpréter les renseignements, ingénieurs et techniciens en informatique de tout niveau, spécialistes de la cryptologie, du big data, linguistes, spécialistes des relations internationales mais aussi juristes et spécialistes des RH : Il y a de la place pour tout le monde, pour tous les profils.”

L’intéressé a d’ailleurs insisté sur le fait que la DGSI se devait d’utiliser les mêmes méthodes de recrutement utilisées communément par les entreprises privées :

“Il est légitime que les services de l’État utilisent les mêmes armes, les mêmes outils que l’ensemble du secteur économique français. Y compris en termes de rémunérations. (Nous pouvons) rivaliser dans ce domaine pour attirer et fidéliser certains profils recherchés. Le métier du renseignement n’est pas réservé (seulement) aux autres.”

A lire aussi :

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

  • Urgent

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article