Yémen : Riyad dans une position inconfortable après un raid aérien sanglant sur Sanaa

Publication: 10/10/2016

L’Arabie Saoudite se trouve dans une situation instable après avoir orchestré dimanche le bombardement par la coalition arabe d’une veillée funèbre qui se déroulait dans la capitale yéménite, Sanaa, contrôlée par les rebelles Houthis.

Les autorités saoudiennes, qui souhaitent restaurer l’autorité du gouvernement reconnu par la communauté internationale sur l’ensemble du Yémen, ont-elles franchi la ligne rouge à cette occasion dans sa lutte contre la mouvance Houthis ?

Au regard du bilan provisoire de l’attaque transmis par l’ONU (140 morts et 525 blessés, dont plusieurs personnalités politiques et militaires), les alliés de Riyad lui ont demandé de faire toute la lumière sur cette affaire, à l’image de Paris ou encore Washington. Ces derniers ont en effet “appelé l’ensemble des parties au conflit à respecter strictement le droit international humanitaire.”

Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, a annoncé parallèlement qu’il recevrait dans les plus brefs délais l’envoyé spécial des Nations unies au Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, afin de trouver une solution viable sur ce dossier.

La situation sur place reste quant à elle extrêmement préoccupante, puisque d’importantes manifestations ont éclaté dans les rues de Sanaa réclamant la tête des Al-Saoud, la famille royale saoudienne.

A noter que l’ex-président du pays et allié des rebelles, Ali Abdallah Saleh, a également grossi les rangs des insurgés en militant pour une forte mobilisation à la frontière entre les deux nations.

Si la coalition arabe a dans un premier temps nié les faits, elle a par la suite indiqué “qu’une enquête immédiate” avait été lancée en coopération avec les Etats-Unis.

Sources : La Dépêche et le Journal de Montréal

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

“Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du... Voir l'article

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

  • Urgent

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

  • personnalites

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article