Dénucléarisation : Kim Jong-un peu pressé de répondre aux attentes de Washington

Publication: 10/09/2018

Alors que le sommet de Singapour entre Donald Trump et Kim Jong-un a abouti le 12 juin dernier sur un accord de dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, le dossier traînerait sensiblement en longueur.

Et pour cause, si la célébration du 70 ème anniversaire de la fondation du régime nord-coréen s’est déroulée dimanche dans la capitale sans déploiement de missiles – et cela pour le plus grand plaisir de Donald Trump – “de très ­récentes photos satellites indiquent (au contraire) que les abris et parkings réservés au matériel militaire sur les sites de répétition du défilé sont bien plus nombreux que les années précédentes”, souligne le site spécialisé, 38 North.

Pire, Kim Jong-un chercherait parallèlement à se renforcer car “(d’autres clichés) récents montrent non seulement que les opérations se poursuivent actuellement à Yongbyon – le principal site nucléaire national – mais aussi que le Nord y mène des travaux sur les infrastructures”.

Un démantèlement en question 

En conséquence, “il n’y a quasiment aucune preuve, trois mois après le sommet de Singapour, que Pyongyang s’apprête à entamer un démantèlement de son arsenal nucléaire dans le temps qui lui est imparti*”, soutient de son côté l’ancien négociateur américain pour la Corée du Nord, Christopher Hill, pour la revue Foreign Affairs.

Pour rappel, « Tourner la page du passé » était le leitmotiv de cette rencontre plus qu’attendue entre le locataire de la Maison Blanche et le maréchal nord-coréen. Néanmoins, comme le relaie l’Obs, “le texte final, tenant (seulement) sur une page, reste très vague dans ses formulations, y compris en termes de calendrier. Et (se borne) à reprendre de précédents engagements de Pyongyang, jamais mis en œuvre, sans préciser que la dénucléarisation doit être vérifiable et irréversible, comme le réclamaient les Etats-Unis avant le sommet”.

*Mike Pompeo, le chef de la diplomatie US, a laissé entendre que ce programme pourrait prendre deux ans.

Source : Le JDD

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays,... Voir l'article

Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

Syrie : Washington retire ses troupes au Nord et laisse les forces kurdes à la merci d’Ankara

Si Donald Trump avait indiqué au moins de janvier dernier que le retrait des forces US du nord-est de la... Voir l'article

  • Urgent

    Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

    Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays, le régime de Bachar al-Assad... Voir l'article

    Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

    Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est... Voir l'article

  • personnalites

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

    Alstom, scandale d’Etat ?

    Les modalités et les ramifications de la vente d’Alstom Energie à son concurrent américain General Electric plongent l’observateur dans un océan d’incompréhension. La justice française... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article