L’EI destitue le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau

Publication: 10/08/2016

Abubakar Shekau, le leader de Boko Haram, a été révoqué mardi 9 août par l’EI à qui il avait prêté allégeance en 2015. Daesh lui reproche un extrémisme hors de propos à l’encontre de la communauté musulmane que ce dernier n’hésiterait pas à décimer le cas échéant.

La revue du groupe djihadiste al-Nabaa précise en effet dans son dernier numéro qu’A.Shekau a été remplacé par Abu Musab al-Barnawi à la tête de cette franchise de l’EI en Afrique de l’Ouest.

Ce jeune homme âgé d’une vingtaine d’années, porte-parole de BH, serait le fils de Mohamed Yusuf, le fondateur de Boko Haram, exécuté en 2009 par les forces de l’ordre nigérianes. Il présenterait également la particularité d’entrer pleinement dans “la politique” menée par Daesh en prohibant fermement le massacre de Musulmans.

Une déclaration qui dénote singulièrement avec les propos que le fantasque A.Shekau avait toujours tenus jusqu’à présent : « Ceux qui vivent sous le joug des mécréants sont eux-mêmes des mécréants. » Cet adage avait ainsi justifié les multiples attentats contre des mosquées et les enlèvements répétés de femmes et d’enfants dans la région perpétrés par Boko Haram sous la direction de son ex-dirigeant.

Cependant, l’homme a annoncé hier dans un enregistrement audio destiné au Calife al-Baghdadi (emblématique leader de l’EI) qu’il ne comptait pas délaisser son trône afin de mener à bien sa mission en Afrique de l’Ouest. Il a également tempéré sa communication en assurant désormais « n’avoir aucun désir de tuer (ses) frères musulmans. »

Toutefois, s’il persiste dans cette direction, de vives tensions pourraient éclater entre le groupuscule BH mené par Shekau et la majorité des forces de la faction soutenant aujourd’hui al-Barnawi.

Source : 20 minutes

Article connexe :

Nigeria : « 220 millions de dollars sont nécessaires pour maintenir les gens en vie »

 

 

 

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

“Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du... Voir l'article

Burkina Faso : un gouvernement en faillite

À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo,... Voir l'article

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

  • Urgent

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Burkina Faso : un gouvernement en faillite

    À neuf mois des élections présidentielles, le Burkina Faso traverse une crise sécuritaire, aggravée par d’importants troubles socio-économiques. Eddie Komboïgo, principale figure de l’opposition et... Voir l'article

  • personnalites

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article