L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Publication: 10/03/2020

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique a pris une tournure critique lors de la dernière décennie… A l’image du cru 2019, deuxième au panthéon des années les plus chaudes de l’histoire.

Selon Le Figaro, qui relaie le document, ce réchauffement semble d’ores et déjà inexorable puisque les années 2015 à 2019 ont connu les températures moyennes les plus élevées. Sachant que la décennie 2010-2019 est également la plus chaude observée à ce jour. Un état de fait confirmé par Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM :

“Nous venons de vivre le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré. L’hiver a été anormalement doux dans de nombreuses régions de l’hémisphère Nord. La fumée et les polluants provenant des incendies australiens dévastateurs ont fait le tour du monde et provoqué un pic des émissions de dioxyde de carbone. (Par ailleurs), les températures records signalées en Antarctique ont été accompagnées d’une fonte des glaces à grande échelle et de la dislocation d’un glacier. Ce qui aura des répercussions sur l’élévation du niveau de la mer”, fustige ainsi l’intéressé.

Un taux d’oxygène inquiétant dans les océans

Et pour cause, le niveau moyen de la mer à l’échelle mondiale a atteint en 2019 sa valeur la plus élevée jamais enregistrée. Une hausse principalement due à la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, poursuit le média.

Qui indique que celle-ci apparaît notamment au large du Japon dans le Pacifique, à l’est de Madagascar dans l’océan Indien, à l’est de la Nouvelle-Zélande dans l’océan Pacifique et à l’est de l’estuaire de Río de la Plata, dans l’Atlantique sud. Le document ajoute d’ailleurs que la teneur en oxygène de l’océan à l’échelle du monde a diminué de 1 à 2 %, depuis le milieu du siècle dernier.

Enfin, l’OMM rappelle également que le réchauffement climatique constant impacte logiquement les productions agricoles des régions du sud-est asiatique, de l’Australie, de l’Afrique australe, de l’Amérique centrale ou encore certaines parties de l’Amérique du Sud. Ces dernières ayant connu des quantités de précipitations anormalement faibles.

Plusieurs pays inhabitables dès 2070

De son côté, la célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) affirme que plusieurs zones de la planète deviendront hostiles à l’homme dès 2070. Dans les faits, l’institut dresse une liste de pays (nord de la Chine, Bangladesh, Pakistan, une partie de l’Inde, Oman, Qatar, Bahreïn, Emirats arabe unis ou encore Arabie saoudite), ainsi que certaines régions (principalement en Asie du Sud-Est) qui deviendront purement et simplement inhabitables pour l’espèce humaine.

L’afflux régulier de vagues de chaleur humide altéreront en effet toute capacité de l’homme et des animaux à vivre normalement sur ces territoires. Les climatologues recommandent donc aux autorités concernées (présentes et futures) de suivre le chemin initié par la Cop 21 (2015).

Pour rappel, l’Accord de Paris a pour objectif de contenir l’augmentation moyenne de la température planétaire bien en-dessous de 2 degrés Celsius par rapport au niveau pré-industriel. Mais aussi de poursuivre les efforts pour limiter la hausse de température à 1,5 degré. Et cela, afin de réduire significativement l’impact des changements climatiques.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Donald Trump lève les sanctions US à l’encontre de Taïwan, au grand dam de la Chine

Selon Courrier International, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a levé samedi 9 janvier toutes les restrictions qui encadraient les... Voir l'article

Les pays du Golfe fument le calumet de la paix mais n’enterrent pas la hache de guerre

Après trois ans de blocus, Riyad et ses alliés ont scellé leur réconciliation avec Doha sous la pression d’une Administration... Voir l'article

Facebook fait main basse sur les données des utilisateurs de WhatsApp

À partir du 8 février prochain, les utilisateurs de WhatsApp, propriété de Facebook, auront l’obligation de partager leurs données avec... Voir l'article

L’UE révise l’indice de surveillance de la qualité de l’air

L’Agence européenne pour l’environnement a mis en place depuis le 1er janvier un nouveau mode de calcul de la qualité... Voir l'article

  • Urgent

    Donald Trump lève les sanctions US à l’encontre de Taïwan, au grand dam de la Chine

    Selon Courrier International, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a levé samedi 9 janvier toutes les restrictions qui encadraient les contacts entre l’oncle Sam et... Voir l'article

    Facebook fait main basse sur les données des utilisateurs de WhatsApp

    À partir du 8 février prochain, les utilisateurs de WhatsApp, propriété de Facebook, auront l’obligation de partager leurs données avec les autres entités du groupe... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    Donald Trump lève les sanctions US à l’encontre de Taïwan, au grand dam de la Chine

    Selon Courrier International, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a levé samedi 9 janvier toutes les restrictions qui encadraient les contacts entre l’oncle Sam et... Voir l'article

    Les pays du Golfe fument le calumet de la paix mais n’enterrent pas la hache de guerre

    Après trois ans de blocus, Riyad et ses alliés ont scellé leur réconciliation avec Doha sous la pression d’une Administration Trump pressée d’achever sa “grande... Voir l'article

    Syrie : Bachar el-Assad appelle les réfugiés à rentrer au bercail

    Alors que le président syrien a retrouvé une certaine autorité sur le sol syrien dévasté et divisé entre forces locales, russes, iraniennes, kurdes ou encore... Voir l'article