L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Publication: 10/03/2020

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique a pris une tournure critique lors de la dernière décennie… A l’image du cru 2019, deuxième au panthéon des années les plus chaudes de l’histoire.

Selon Le Figaro, qui relaie le document, ce réchauffement semble d’ores et déjà inexorable puisque les années 2015 à 2019 ont connu les températures moyennes les plus élevées. Sachant que la décennie 2010-2019 est également la plus chaude observée à ce jour. Un état de fait confirmé par Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM :

“Nous venons de vivre le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré. L’hiver a été anormalement doux dans de nombreuses régions de l’hémisphère Nord. La fumée et les polluants provenant des incendies australiens dévastateurs ont fait le tour du monde et provoqué un pic des émissions de dioxyde de carbone. (Par ailleurs), les températures records signalées en Antarctique ont été accompagnées d’une fonte des glaces à grande échelle et de la dislocation d’un glacier. Ce qui aura des répercussions sur l’élévation du niveau de la mer”, fustige ainsi l’intéressé.

Un taux d’oxygène inquiétant dans les océans

Et pour cause, le niveau moyen de la mer à l’échelle mondiale a atteint en 2019 sa valeur la plus élevée jamais enregistrée. Une hausse principalement due à la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, poursuit le média.

Qui indique que celle-ci apparaît notamment au large du Japon dans le Pacifique, à l’est de Madagascar dans l’océan Indien, à l’est de la Nouvelle-Zélande dans l’océan Pacifique et à l’est de l’estuaire de Río de la Plata, dans l’Atlantique sud. Le document ajoute d’ailleurs que la teneur en oxygène de l’océan à l’échelle du monde a diminué de 1 à 2 %, depuis le milieu du siècle dernier.

Enfin, l’OMM rappelle également que le réchauffement climatique constant impacte logiquement les productions agricoles des régions du sud-est asiatique, de l’Australie, de l’Afrique australe, de l’Amérique centrale ou encore certaines parties de l’Amérique du Sud. Ces dernières ayant connu des quantités de précipitations anormalement faibles.

Plusieurs pays inhabitables dès 2070

De son côté, la célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) affirme que plusieurs zones de la planète deviendront hostiles à l’homme dès 2070. Dans les faits, l’institut dresse une liste de pays (nord de la Chine, Bangladesh, Pakistan, une partie de l’Inde, Oman, Qatar, Bahreïn, Emirats arabe unis ou encore Arabie saoudite), ainsi que certaines régions (principalement en Asie du Sud-Est) qui deviendront purement et simplement inhabitables pour l’espèce humaine.

L’afflux régulier de vagues de chaleur humide altéreront en effet toute capacité de l’homme et des animaux à vivre normalement sur ces territoires. Les climatologues recommandent donc aux autorités concernées (présentes et futures) de suivre le chemin initié par la Cop 21 (2015).

Pour rappel, l’Accord de Paris a pour objectif de contenir l’augmentation moyenne de la température planétaire bien en-dessous de 2 degrés Celsius par rapport au niveau pré-industriel. Mais aussi de poursuivre les efforts pour limiter la hausse de température à 1,5 degré. Et cela, afin de réduire significativement l’impact des changements climatiques.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée,... Voir l'article

Bruxelles et le trio Airbnb -Expedia-TripAdivor signent un accord de partage de données

L’office de statistique de l’Union européenne, Eurostat, obtiendra en conséquence des données essentielles afin de pouvoir établir et publier des... Voir l'article

Le Liban prêt à se tourner vers le commerce du cannabis thérapeutique

Face au succès rencontré par le cannabis thérapeutique dans le monde, et particulièrement en Amérique du Nord, le Liban envisage... Voir l'article

  • Urgent

    Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

    D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle de tabac au Pakistan avec... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

  • personnalites

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

    Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

    Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars. Depuis, les manifestations se poursuivent... Voir l'article

    “DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

    Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn s’est refait depuis une santé... Voir l'article