Interpol interloquée après la démission de son président chinois

Publication: 09/11/2018

L’Organisation internationale de police criminelle a pris acte de la démission de son président chinois, Meng Hongwei, reçue le 7 octobre dernier. Ce dernier, accusé de corruption par Pékin, est retenu dans son pays d’origine depuis près d’un mois et demi, relaie Le Parisien.

Le secrétaire général de l’institution, Jürgen Stock, a donc annoncé jeudi 8 novembre qu’Interpol n’avait pas d’autre choix que d’accepter cette décision, aussi énigmatique soit-elle :

“Nous devons accepter, comme nous le ferions avec n’importe quel pays, que ce pays prenne des décisions souveraines. (Toutefois), nous avons vivement encouragé la Chine à nous fournir plus de détails et d’informations sur ce qui s’était passé exactement”, a ainsi martelé l’intéressé.

Avant de confirmer implicitement que cette requête n’a pas été entendue par le géant asiatique… Et qu’une enquête était en cours afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

Pékin reste très évasif

Il est d’ailleurs important de souligner qu’Interpol ne dispose pour le moment que d’un courrier de démission comportant seulement deux lignes. Qui plus est sans signature manuscrite.

Quant aux faits de corruption qui sont reprochés à Meng Hongwei, J. Stock a précisé que ces agissements n’avaient pas de lien direct avec l’organisation, mais concernaient uniquement la relation entre son ex-président et la Chine.

Pour rappel, la présidence d’Interpol reste essentiellement honorifique. Pour autant, le fait qu’un proche du régime communiste occupe cette fonction depuis 2016 a toujours attisé la méfiance des dissidents chinois réfugiés à l’étranger. Ces derniers estimant que leur liberté pourrait être de facto entravée.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Cyber-sécurité : des hackers grassement rémunérés pour détecter des failles

Si le marché mondial de la cyber-sécurité affiche une santé insolente, ce dernier le doit avant tout aux hackers, ses... Voir l'article

Le Liban dénonce une nouvelle violation israélienne de sa souveraineté

Alors qu’Israël poursuit la construction d’un mur polémique à la frontière avec le pays du Cèdre, Beyrouth multiplie plaintes et... Voir l'article

La Norvège abaisse sa production de pétrole pour 2019

Le premier producteur de pétrole du Vieux Continent a décidé d’abaisser sa production pour 2019, à l’image de l’Arabie saoudite... Voir l'article

Retrait des troupes US de Syrie : Trump met le frein à main

Décidés à se retirer du territoire syrien, les Etats-Unis confirment toutefois que cette opération délicate diplomatiquement et militairement ne se... Voir l'article

  • Urgent

    Cyber-sécurité : des hackers grassement rémunérés pour détecter des failles

    Si le marché mondial de la cyber-sécurité affiche une santé insolente, ce dernier le doit avant tout aux hackers, ses ennemis héréditaires. Une poignée d’entre... Voir l'article

    Le Liban dénonce une nouvelle violation israélienne de sa souveraineté

    Alors qu’Israël poursuit la construction d’un mur polémique à la frontière avec le pays du Cèdre, Beyrouth multiplie plaintes et appels auprès du Conseil de... Voir l'article

  • personnalites

    Retrait des troupes US de Syrie : Trump met le frein à main

    Décidés à se retirer du territoire syrien, les Etats-Unis confirment toutefois que cette opération délicate diplomatiquement et militairement ne se fera pas dans l’urgence. “L’Etat... Voir l'article

    Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

    Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à la frontière du Venezuela et... Voir l'article

    Trump choisit la porte-parole du Département d’Etat comme ambassadrice US à l’ONU

    Heather Nauert, la porte-parole du département d’Etat américain, devrait normalement être nommée ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, relaie plusieurs médias internationaux.  Selon Europe 1, “cette ancienne journaliste... Voir l'article