L’OIT stoppe ses poursuites contre le Qatar

L’Organisation Internationale du Travail (OIT) a annoncé qu’elle stoppait ses poursuites à l’encontre du Qatar. Doha était soupçonné de violer les droits des travailleurs immigrés recrutés pour ficeler le chantier de la Coupe du Monde 2022.

Selon Le Temps, les pays membres de l’OIT ont unanimement reconnu les récents efforts du Qatar. L’Emirat a aboli le système du Kafala qui obligeait chaque employé à être parrainé par un citoyen qatari. Les travailleurs étrangers étaient ainsi à la merci de leur parrain qui confisquait leur passeport. La loi sur le séjour des étrangers a également été revue, de façon à ce que les travailleurs migrants puissent sortir librement du pays. Par ailleurs, (le gouvernement) a aussi promis d’instaurer un salaire minimum.

Pour rappel, l’institution avait ouvert en 2014 une enquête pour travail forcé sur les chantiers de la Coupe du Monde 2022. Malgré des conditions toujours inhumaines, l’OIT a souligné les efforts de Doha pour améliorer le quotidien des deux millions de travailleurs étrangers (Indiens, Népalais ou Bangladeshis…) recrutés en ce sens.

Le Qatar devra montrer patte blanche 

Si l’OIT s’est montrée clémente sur ce dossier, Catelene Passchier, la porte-parole du groupe des travailleurs, a néanmoins indiqué qu’elle resterait particulièrement attentive à la concrétisation de ces engagements.

Parallèlement, l’Organisation a laissé entendre que les EAU et l’Arabie Saoudite, adeptes de la Kafala, seraient aussi scrutés de près.

Source : Le Temps 

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.