Pour lutter contre le terrorisme, l’Ouzbékistan multiplie les partenariats internationaux

Publication: 09/10/2018

En visite officielle en France les 8 et 9 octobre, le Président ouzbek Shavkat Mirziyoyev rencontrera Emmanuel Macron à l’Élysée. L’occasion de signer de nombreux contrats dans les secteurs bancaires et énergétiques, mais aussi d’aborder les questions de sécurité. En effet, la France et l’Ouzbékistan ont en commun d’être en première ligne dans le combat face au terrorisme, et les deux pays sont confrontés au délicat problème des « revenants ». Des coopérations entre Paris et Tachkent sont-elles possibles ?

Aucun pays n’échappe au terrorisme, et l’Ouzbékistan n’y fait pas exception. Ce pays d’Asie centrale fait régulièrement la Une des médias internationaux, certains des attentats terroristes les plus récents ayant été attribués à ses ressortissants : attaque à New York le 31 octobre 2017, attentat revendiqué par l’État islamique à Istanbul le 31 décembre 2016, attentat du métro se Saint-Pétersbourg en avril 2017, etc. Et, selon les services de sécurité russes, de 500 à 1 500 Ouzbeks auraient rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie, soit le plus fort contingent de l’organisation djihadiste.

Depuis la chute de l’Union soviétique et son indépendance en 1991, le pays est confronté à la montée de l’islamisme radical, incarné par le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO). Une organisation née dans la vallée de Ferghana, dont les membres ont rejoint les talibans afghans ou l’État islamique. Dirigé par Islam Karimov jusqu’à sa mort en 2016, l’Ouzbékistan s’est renfermé sur lui-même pendant plus de 25 ans. Une situation qui a accru les difficultés économiques et alourdit la chape de plomb de la police politique : du pain bénit pour les réseaux djihadistes.

Aides pour la jeunesse, promotion d’un islam modéré : la stratégie ouzbèke pour lutter contre la radicalisation

Élu en décembre 2016, le successeur d’Islam Karimov, Chavkat Mirzioïev, semble bien décidé à faire en sorte que son pays ne soit plus associé au terrorisme. Et pour ce faire, pas question de reproduire les méthodes brutales de son prédécesseur. Le premier axe de la nouvelle approche ouzbèke contre la radicalisation passe donc par une politique de soutien à la jeunesse. Son objectif : que le désespoir des jeunes ne nourrisse plus les rangs des djihadistes en tout genre. L’Ouzbékistan prend ainsi sa pleine part à l’élaboration de la convention des Nations Unies sur les droits des jeunes. À la tribune de l’ONU en septembre 2017, Shavkat Mirziyoyev fut à l’initiative de l’adoption d’une résolution sur la tolérance religieuse, faisant de l’accès à l’éducation et de la lutte contre l’illettrisme des priorités absolues.

Le second axe de cette politique se traduit quant à lui par la promotion d’un islam tolérant et pacifié. En dépit de la présence d’une écrasante majorité de musulmans parmi sa population, l’Ouzbékistan est un État laïc, qui plonge ses racines dans une longue tradition de tolérance et d’harmonie interreligieuse. Fort de 140 nationalités, le pays compte également 16 religions, représentées par plus de 2 000 organisations religieuses. Depuis l’élection de Shavkat Mirziyoyev, les autorités ont instauré une politique visant à « assurer la sécurité, la concorde interethnique et la tolérance religieuse », elles ont réécrit la loi sur la Liberté de conscience et installé un Conseil des affaires religieuses représentant l’ensemble des confessions.

En décembre 2017, un décret présidentiel retire les noms de plus de 15 000 personnes des listes de suspects accusés de « participer à des organisations terroristes ». Pour le gouvernement, c’est une manière de clarifier la situation et séparer « le bon grain de l’ivraie » : le pouvoir de Karimov qualifiait régulièrement les ennemis politiques de « terroristes ». Avec cette amnistie, le nouveau régime envoie un message fort en termes de démocratie et de libertés publiques, tout en se concentrant véritablement sur les véritables terroristes.

Autant d’efforts qui ont été salués par le rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de la religion, Ahmed Shaheed, qui a pu réaliser en octobre dernier sa première visite en Ouzbékistan depuis 15 ans. Et le propre Secrétaire d’État américain, Michael Pompeo, a montré le pays en exemple pour ses efforts en faveur d’une société plus libre et ouverte.

Des partenariats avec des pays étrangers

Pour lutter contre le terrorisme, phénomène transnational s’il en est, l’Ouzbékistan multiplie aussi les partenariats avec les pays étrangers. Le 1er octobre dernier, Chavkat Mirzioïev a ainsi signé une série d’accords stratégiques avec Narendra Modi, le Premier ministre indien. Les deux dirigeants ont acté le principe d’exercices militaires conjoints entre leurs deux armées en matière antiterroriste, ainsi que le renforcement des échanges entre leurs propres services de sécurité. « Nous avons mis tous les sujets sur la table, a déclaré Narendra Modi. Nous cultivons une vision de long terme afin d’approfondir le partenariat stratégique entre nos deux pays ». Ce à quoi Shavkat Mirziyoyev a répondu que le partenariat avec l’Inde était l’une de ses « plus importantes priorités ».

Toujours en 2018, l’Ouzbékistan a conclu avec la Corée du Sud un mémorandum portant sur une coopération renforcée en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Et, en septembre dernier, le pays est parvenu à un accord avec l’Égypte, au terme duquel une équipe conjointe coopérera dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

Syrie : Washington retire ses troupes au Nord et laisse les forces kurdes à la merci d’Ankara

Si Donald Trump avait indiqué au moins de janvier dernier que le retrait des forces US du nord-est de la... Voir l'article

La France renforce sa coopération militaire avec le Tchad

Très présente dans le dossier G5 Sahel, la France continue sa lune de miel avec le Tchad en officialisant six... Voir l'article

  • Urgent

    Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

    Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est... Voir l'article

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

  • personnalites

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

    Alstom, scandale d’Etat ?

    Les modalités et les ramifications de la vente d’Alstom Energie à son concurrent américain General Electric plongent l’observateur dans un océan d’incompréhension. La justice française... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article