Emmanuel Macron milite pour bétonner l’axe commercial Paris-Pékin

Publication: 09/01/2018

Emmanuel Macron est actuellement à Pékin pour convaincre son homologue chinois, Xi Jinping, de façonner un axe économique efficient entre les deux pays. Le locataire de l’Elysée vise la signature d’une cinquantaine de contrats d’envergure. 

L’équation est simple pour l’état-major français : rééquilibrer à tout prix les relations commerciales entre l’Hexagone et le mastodonte asiatique, qui penchent largement en faveur de Pékin. Et pour cause, la Chine présente un ascendant budgétaire de 30 milliards d’euros si l’on se fie au seul cru 2016.

Un rapport de force gagnant-gagnant serait donc plus que souhaitable. Telle est en substance la plaidoirie tenue par E. Macron ce mardi en visitant l’incubateur d’entreprises, Soho Q, dans la capitale :

“Le partenariat avec la Chine est un partenariat stratégique. Il faut structurer les relations en termes de propriété intellectuelle, structurer un accès plus grand au marché chinois, permettre les investissements chinois en France et ouvrir les données de manière réciproque.”

Cet appel du pied a partiellement porté ses fruits, révèle Le Parisien, “puisqu’un premier contrat a été signé avec le géant chinois de vente en ligne, JD. com, qui s’est engagé à vendre sur ses plateformes pour 2 Mds€ de produits français aux consommateurs (locaux) sur les deux prochaines années.”

Mais ce n’est pas tout, l’ex-ministre de l’Economie a également obtenu la fin de l’embargo de Pékin sur le bœuf français qui durait depuis 2001 en raison de la crise de la vache folle. Et cela, dans un délai de six mois.

Sauver l’A380

Parallèlement, le secteur de l’aéronautique agite aussi les négociations. Airbus abat en effet de nombreuses cartes, à l’image de l’A320 et de l’A330 dont le groupe franco-allemand entend écouler 50 à 100 exemplaires auprès du loueur ALC pour une somme avoisinant 10 milliards de dollars.

Quant au délicat dossier de l’A380 dont les ventes peinent à décoller, l’avionneur espère obtenir “un partenariat industriel de choix avec la Chine en échange de l’achat de son gros-porteur.”

La branche nucléaire n’est par ailleurs pas en reste car New Areva a signé aujourd’hui un protocole d’accord commercial avec le groupe nucléaire étatique chinois, CNNC, pour la construction d’une usine de retraitement de déchets nucléaires dans le pays; Le Monde évoquant une manne financière de dix milliards d’euros assurée pour la structure hexagonale.

Source : Le Parisien

 

 

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée,... Voir l'article

Bruxelles et le trio Airbnb -Expedia-TripAdivor signent un accord de partage de données

L’office de statistique de l’Union européenne, Eurostat, obtiendra en conséquence des données essentielles afin de pouvoir établir et publier des... Voir l'article

L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique... Voir l'article

  • Urgent

    Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

    D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle de tabac au Pakistan avec... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

  • personnalites

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

    Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

    Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars. Depuis, les manifestations se poursuivent... Voir l'article

    “DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

    Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn s’est refait depuis une santé... Voir l'article