Le Qatar et les États-Unis amplifient leur coopération militaire

Publication: 08/08/2018

Doha et Washington travaillent sur des projets d’agrandissement de la base aérienne d’al-Udeid, sur laquelle sont stationnés 10 000 militaires américains. En pleine crise du Golfe, le rapprochement entre les deux pays représente un soutien de poids pour le Qatar, et une gifle pour la diplomatie saoudienne.

 

D’ambitieux projets « d’expansion ». Les États-Unis et le Qatar envisagent en effet d’agrandir la base aérienne d’al-Udeid, la plus importante installation militaire américaine dans le Golfe. L’annonce a été faite par l’agence de presse officielle du Qatar, QNA, selon laquelle les deux pays ont récemment « posé les fondations d’un agrandissement » de la base.

 

Une base stratégique pour Washington

Washington et Doha auraient également discuté de la possibilité de faire d’al-Udeid une base « permanente » pour les troupes de l’Oncle Sam. « L’armée américaine travaille avec le ministère qatari de la Défense afin de nous aider à planifier l’avenir et à mettre à profit toute nouvelle infrastructure », a confirmé une source au Pentagone.

Selon QNA, les futurs déploiements incluent la construction de baraquements ainsi que de bâtiments fonctionnels, destinés à améliorer le quotidien des troupes stationnées au sein de la base aérienne. Quelque 10 000 soldats américains — ainsi que des contingents de pays participant à la coalition — sont déployés à al-Udeid, une infrastructure stratégique, où Washington stocke des équipements et des munitions, et d’où décollent les avions engagés dans la lutte contre le groupe terroriste État islamique au Moyen-Orient.

 

Le Qatar est un « partenaire indispensable des États-Unis »

Le projet d’expansion de la base d’al-Udeid « souligne l’engagement du Qatar à renforcer ses relations militaires stratégiques avec les États-Unis », explique QNA. « L’État du Qatar, en coopération avec l’allié stratégique que sont les États-Unis, travaille à établir une feuille de route pour le futur de leurs relations bilatérales, y compris la transformation de la base aérienne d’al-Udeid en base militaire permanente », complète l’agence de presse qatarie.

Une analyse partagée par Ryan Gliha, le chargé d’affaires américain à Doha, selon qui Washington « espère un renforcement des relations entre les deux pays dans les prochains mois ». « Nous avons déjà investi des milliards de dollars sur la base d’al-Udeid au cours des quinze dernières années afin de soutenir nos opérations, a poursuivi le diplomate. Ces dernières nous sont essentielles pour combatte Daesh ainsi que pour mener la coalition ».

Et Ryan Gliha de conclure : le Qatar est un « partenaire indispensable des États-Unis ». Pour la diplomatie américaine, il s’agit là d’un revirement de doctrine, Donald Trump ayant, en juin 2017, accusé Doha de soutenir le terrorisme international, avant de revenir sur ses déclarations et de louer les efforts entrepris par les autorités qataries dans leur lutte contre le terrorisme.

Si l’engagement américain au Qatar venait à se confirmer, il s’agirait surtout d’un soutien de poids pour Doha, et ce alors que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Bahreïn ont enclenché un blocus diplomatique et économique à l’encontre du Qatar en juin 2017. L’annonce d’un renforcement des relations américano-qataries témoigne de ce que Washington, un temps rallié à Riyad, soutient désormais Doha, et se détourne de son traditionnel allié arabe. De là à précipiter la levée du blocus ?

 

 

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un... Voir l'article

La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à... Voir l'article

Le Danemark va créer des îles éoliennes pour booster sa production d’énergie verte

Le but : se doter d’une capacité d’énergie offshore de 10 GW supplémentaire à même d’assurer les besoins en électricité... Voir l'article

La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7... Voir l'article

  • Urgent

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La Russie veut blinder son réseau Internet en cas de déstabilisation du système occidental

    Les fournisseurs d’accès Internet russes vont recevoir et installer à court terme des équipements testés par le Kremlin permettant à Moscou d’assurer l’indépendance de son... Voir l'article

  • personnalites

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article

    La France libère pour la première fois l’un de ses ressortissants parti combattre en Syrie

    Flavien Moreau (33 ans), intercepté en 2013 par les services de renseignement hexagonaux et condamné en novembre 2014 à 7 ans de prison, a été... Voir l'article

    Chine : un chercheur emprisonné pour avoir créé des jumelles génétiquement modifiées

    Pour avoir bravé les principes éthiques les plus fondamentaux du monde scientifique, He Jiankui, chercheur à la Southern University of Technology de Shenzhen, a écopé... Voir l'article