Menace russe : les Etats baltes obtiennent gain de cause auprès de l’OTAN

Publication: 08/03/2019

Selon une information officialisée par l’agence de presse chinoise, Xinhua, l’OTAN a inauguré vendredi 8 mars le siège de sa Division multinationale nord dans la capitale lettone, Riga. Dans les faits, il s’agit d’un signal fort envoyé par l’Oncle Sam à l’intention des velléités expansionnistes russes dans la région.

“Le siège de l’OTAN a été créé en Lettonie dans le but de renforcer les capacités des pays baltes en matière de défense et de contribuer aux efforts collectifs de dissuasion et de défense de l’OTAN”, a indiqué le ministère letton de la Défense.

Avant de poursuivre : “Les principales tâches du siège comprendront la planification de la défense, la formation militaire et la coordination des projets communs. Il promouvra (également) la compatibilité des forces des pays participants ainsi que leur interopérabilité dans le cadre des initiatives de défense commune.”

Un travail diplomatique de longue haleine

Pour rappel, les ministres des Affaires étrangères lituanien, letton et estonien s’étaient rendus à Washington, il y a tout juste un an, afin de solliciter l’appui américain contre la menace de la Russie qui nourrit de plus en plus “d’ambitions” envers la souveraineté de leurs territoires.

Sven Mikser (Estonie), Edgars Rinkevics (Lettonie) et Linas Linkevicius (Lituanie) avaient rencontré pour l’occasion l’ex-chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, pour lui faire part de la tactique hybride mise en place par le Kremlin.

“Nous avons vu lors des trois ou quatre dernières années que les nations démocratiques étaient la cible d’attaques”, plaida d’ailleurs le second. Avant d’indiquer que “la base même des institutions démocratiques baltes faisait l’objet d’agressions sur les réseaux sociaux. Et cela, à travers de fausses informations”.

Un danger sans précédent depuis les années 30-40

Mais ce n’est pas tout, car Vilnius, Riga et Tallinn n’hésitèrent pas à évoquer un danger sans précédent depuis les années 30 et 40. Une période pendant laquelle les jeunes républiques baltes sont tombées sous le contrôle de l’Allemagne nazie puis de l’Union soviétique.

En conséquence, le trio avait appelé à plus de solidarité de la part des Etats-Unis mais aussi par extension de l’OTAN, dont il fait partie. Concrètement, les Etats baltes n’ont pas attendu une hypothétique aide de l’OTAN sur ce dossier. En 2015, la crise ukrainienne et le manque de lisibilité de l’activité militaire russe avaient déjà poussé la Lituanie et la Lettonie à accentuer leur coopération via un projet de défense aérienne commun.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique... Voir l'article

Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du... Voir l'article

L’ONU de plus en plus pressante sur le dossier libyen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi 12 février une résolution condamnant la recrudescence des violences en... Voir l'article

Monaco Resources Group sous surveillance en Afrique ?

Certaines activités du conglomérat monégasque Monaco Ressources Group (MRG) seraient dans le viseur des dirigeants africains. Le groupe n’en continue... Voir l'article

  • Urgent

    Le piratage audiovisuel, nouveau terrain de jeu du grand banditisme

    Ces derniers mois, plusieurs affaires de démantèlement de réseaux criminels liés au piratage audiovisuel en ligne ont défrayé la chronique judiciaire européenne. Et pourtant, malgré... Voir l'article

    Canicule : un risque majeur lors de la prochaine décennie

    80 millions, c’est le nombre d’emplois qui pourraient disparaître d’ici 10 ans à l’échelle planétaire. Et cela, en raison du réchauffement climatique, toujours plus d’actualité.... Voir l'article

  • personnalites

    Josep Borrell en visite à Téhéran pour préserver l’Accord sur le nucléaire

    Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’est rendu lundi 3 février dans la capitale iranienne afin de conforter le gouvernement local de la... Voir l'article

    Venezuela : le leader de l’opposition, Juan Guaido, peine à convaincre

    “Juan Guaido est à la tête d’une opposition fatiguée”, confirme Florence Pinot de Villechenon, professeure à l’ESCP et directrice du Cérale, auprès de France 24.... Voir l'article

    Sultanat d’Oman : les défis de Haitham ben Tarek

    Sayed Haïtham ben Tarek al-Saïd succède à Qabous Ibn Saïd al-Saïd sur le trône d’Oman. Le nouveau sultan hérite d’un pays relativement stable même s’il... Voir l'article