Photo-rubis-Myanmar-Bulgari

Bulgari au Myanmar : une « mobilisation citoyenne » montée de toutes pièces ?

Publication: 08/01/2018

Bulgari, le joaillier italien du groupe LVMH, est la cible d’une mobilisation sur les réseaux sociaux, orchestrée par un collectif prétendant défendre la cause Rohingya. Problème : ce collectif est emmené par un lobbyiste au passé sulfureux.

Fin décembre 2017, une pétition voit le jour en ligne sur le site SumOfUs : un collectif anonyme appelle à faire pression sur le joaillier italien Bulgari, filiale du groupe LVMH, afin que ce dernier rompe toutes affaires cessantes son commerce avec le Myanmar. L’entreprise du luxe achète en effet des pierres précieuses à Naypyidaw, qui détient la plus grande réserve mondiale de rubis, jade et saphir.

Or, une récente enquête du site spécialisé « Le Portail de l’Intelligence Économique » démontre que cette pétition est dirigée par l’International Campaign for the Rohynga, une « alliance» dont le dirigeant, Joseph K. Grieboski, est un lobbyiste de Washington bien connu.

 

Joseph K. Grieboski, spécialiste du lobbying confessionnel

Grieboski est un homme de réseaux. Pressenti en 2008 – 2009 pour le Nobel de la paix, il a finalement choisi la voie du lobbying quelques années plus tard. Non sans controverses. Le portail de l’IE nous apprend ainsi que l’ONG IRPP (Institut on Religion and Public Policy) dont il est le fondateur a été suspectée par le gouvernement français de faire la propagande de la scientologie. Une recherche complémentaire semble confirmer les liens existant entre Grieboski et l’Eglise de la Scientologie. Ainsi, le lobbyiste apparaît en vidéo sur le site officiel de la secte et tient des propos d’une rare bienveillance à l’égard de cette dernière. « L’Eglise de la Scientologie est considérée comme une des organisations religieuses qui connait la plus forte croissance dans le monde – sinon la première. Elle est reconnue dans tous les domaines, non seulement officiellement par des prix et autres récompenses, mais aussi par les gens du commun qui reconnaissent tous les jours le grand travail qu’elle accomplit. »

Gerry Armstrong, un ancien scientologue parti en croisade contre l’organisation, a même accusé Grieboski, dans une lettre ouverte adressée à ce dernier, d’être payé jusqu’à 96 000 dollars par an par l’Eglise. Depuis ses accusations, le site de l’IRPP a été fermé.

Parallèlement, l’enquête du Portail de l’IE nous apprend que Grieboski travaille pour l’OIC (Organization for Islamic Cooperation) par le biais de son cabinet Grieboski Global Strategies, enregistré au registre de lobbying de Washington. Vérification faite, l’organisation fait effectivement partie de la liste des clients de M. Griebsoki.

L’OIC est une organisation transnationale qui représente 57 pays musulmans, mais qui est connue pour sa proximité avec l’Arabie saoudite. Elle fait par exemple partie des rares ONG à avoir ouvertement supporté Riyad dans la guerre au Yémen, malgré les pertes civiles importantes (5 000 civils, dont 683 enfants pour la seule année 2016). Elle a également pris fait et cause pour la défense des Rohingyas depuis le début de la crise.

Si ce combat est cohérent avec le rôle humanitaire dont se prévaut l’OIC, l’attaque contre Bulgari au Myanmar soulève plusieurs questions, à commencer par l’objectif réel derrière une telle action.

 

Bulgari au Myanmar : la cause des Rohingyas instrumentalisée ?

En effet, nombreuses sont les entreprises qui commercent avec le Myanmar depuis la levée des sanctions à son encontre en 2016 : H&M, C&A, Uber… Certaines le font par ailleurs dans des conditions qui ont attiré l’attention des défenseurs des droits de l’homme : H&M emploie par exemple ses ouvriers dans des conditions salariales telles que ces derniers ont déclenché une émeute, début 2017 au sein de l’usine. Il en va de même pour des sociétés comme Shell, qui exploitent des gisements de gaz et de pétrole dans des conditions qui créeraient corruption, atteintes aux droits de l’homme et déforestation massive. Dès lors, pourquoi cibler une entreprise du luxe spécifiquement plutôt que toutes les autres ?

Le fait que la campagne de pression à l’encontre de Bulgari soit menée par Joseph K. Grieboski, un homme qui est connu pour assurer le lobbying des organisations religieuses les plus prospères de la planète, laisse entendre qu’il pourrait y avoir un commanditaire. Si l’identité et le mobile de ce dernier demeurent obscurs, l’absence de spontanéité de cette campagne, elle, semble évidente. D’autant que si les mines de Mogok, les plus grandes mines de pierres précieuses situées dans l’Est du pays, sont bien contrôlées par l’armée birmane, aucune communauté Rohingya n’est présente sur place. La majorité des Rohingyas réside à Sittwe, Maungdaw et Buthidaung, des villes de l’Ouest du pays situées à plus de 1 000 kilomètres des sites de pierres précieuses. On voit donc mal comment l’armée pourrait se rendre coupable d’exactions sur des populations Rohingyas durant l’extraction des rubis et autres diamants, comme le prétend la pétition.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

La Chine médiatrice dans le dossier de la dénucléarisation nord-coréenne ?

Après deux jours de visite à Pyongyang (20 et 21 juin), le président chinois, Xi Jinping, a laissé entendre que... Voir l'article

ADP : bonne opération ou abandon de souveraineté ?

Le projet de privatisation d’ADP a connu un nouveau rebondissement avec la procédure de Référendum d’initiative partagée (RIP) déclenchée par... Voir l'article

Sénégal et Côte d’Ivoire : la lutte contre la corruption se renforce

Si le niveau de corruption de la classe politique demeure préoccupant en Afrique subsaharienne, deux pays enregistrent des progrès importants... Voir l'article

Le Lifi, l’Internet par la lumière, bientôt dans les avions ?

Une connexion Internet dans les avions par l’intermédiaire d’ampoules Led, c’est pour bientôt. La start-up française, Oledcomm, développe en effet... Voir l'article

  • Urgent

    La Chine médiatrice dans le dossier de la dénucléarisation nord-coréenne ?

    Après deux jours de visite à Pyongyang (20 et 21 juin), le président chinois, Xi Jinping, a laissé entendre que le géant asiatique pourrait jouer... Voir l'article

    ADP : bonne opération ou abandon de souveraineté ?

    Le projet de privatisation d’ADP a connu un nouveau rebondissement avec la procédure de Référendum d’initiative partagée (RIP) déclenchée par un front uni de parlementaires... Voir l'article

  • personnalites

    Sénégal et Côte d’Ivoire : la lutte contre la corruption se renforce

    Si le niveau de corruption de la classe politique demeure préoccupant en Afrique subsaharienne, deux pays enregistrent des progrès importants : la Côte d’Ivoire et... Voir l'article

    Bénin : derrière la dérive autoritaire de Patrice Talon, l’ombre de la Chine ?

    Plus d’un mois après le scrutin législatif du 28 avril 2019 dont l’opposition a été exclue, les violences post-électorales continuent de secouer le Bénin, ce... Voir l'article

    Trump promet de déployer 1000 soldats supplémentaires en Pologne

    Le président américain a annoncé mercredi 12 mai un renforcement imminent des troupes US en Pologne. Donald Trump – qui s’exprimait lors d’une conférence commune... Voir l'article