Hong Kong : une exposition annulée sous la pression de Pékin

Les autorités de Hong Kong ont annulé vendredi 2 novembre une exposition très attendue du caricaturiste australien d’origine chinoise, Badiucao.  L’artiste, connu pour ses oeuvre critiques et satyriques envers Pékin, fait donc les frais de la force de frappe diplomatique de l’encombrant voisin. 

Selon Paris Match, qui relaie l’information, “cette annulation intervient au moment où de nombreuses voix dénoncent une emprise grandissante de (l’ogre chinois) sur l’ancienne colonie britannique.

Les organisateurs ont donc insisté sur le fait que la sécurité de l’événement n’était pas en mesure d’être assurée “convenablement”, tant ce dossier pèse dans la balance. Ces derniers ont également confirmé de manière officielle que des menaces chinoises relatives à l’artiste ainsi que ses toiles étaient bel et bien réelles.

De son côté, Badiucao avait déjà pris les devants et renoncé à assister samedi au vernissage de l’exposition. L’intéressé ayant opté pour un échange avec la presse par vidéo-conférence.

Une position ambiguë avec Pékin

Pour rappel, Hong Kong appartient à la Chine depuis 1997. Toutefois, “le port aux parfums” demeure radicalement différent du reste du géant asiatique en raison de son statut particulier.

Ce dernier découlant du principe « un pays, deux systèmes », qui permet à Hong Kong de conserver son système légal (common law), sa monnaie (dollar de Hong Kong), son système politique (multipartisme), ses équipes sportives internationales, ses lois sur l’immigration, son domaine internet (.hk), son indicatif téléphonique et son code de la route (conduite à gauche). Et cela durant au moins 50 ans.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.