La Côte d’Ivoire, acteur désormais incontournable dans la lutte contre le terrorisme

Publication: 07/11/2017

Les efforts déployés par la Côte d’Ivoire afin d’améliorer la sécurité dans la région portent leurs fruits, comme le prouvent l’ouverture prochaine d’un bureau d’Interpol à Abidjan et la multiplication des partenariats militaires avec la France ou les autres pays d’Afrique de l’Ouest.

 

Abidjan accueillera dès 2018 le bureau régional de lutte contre le terrorisme de l’Afrique de l’Ouest. L’information a été dévoilée jeudi 12 octobre par l’Allemand Jürgen Stock, secrétaire général d’Interpol, lors d’une visite dans la capitale économique ivoirienne.

« Il est important qu’Interpol échange des informations sur les différents groupes terroristes, que ce soit AQMI ou Boko Haram, qui sévissent dans la sous-région. À ce niveau, la collaboration de la Côte d’Ivoire avec Interpol est excellente », a expliqué M. Stock. Le haut fonctionnaire a rappelé que la Côte d’Ivoire est un utilisateur actif des bases de données d’Interpol, tandis que l’organisme international bénéficie des nombreuses informations des forces de sécurité ivoiriennes.

Pour Jürgen Stock, le bureau local d’Interpol, « soutenu par les meilleurs agents de police », donne « entière satisfaction » dans la lutte contre les réseaux criminels. Cela explique la décision de faire d’Abidjan la nouvelle plaque tournante de la lutte contre le terrorisme dans la région. Une mesure qui constitue « une grande opportunité et un grand soulagement dans la lutte contre ce fléau », a résumé M. Stock.

Bien accueillie par les Ivoiriens, la nouvelle n’a cependant pas surpris ceux qui suivent de près le dossier de la lutte contre le terrorisme et la criminalité en Côte d’Ivoire. Lors de sa visite officielle à Paris, en juin, Alassane Ouattara avait promis que son pays « jouerait sa part » dans la lutte contre le terrorisme au niveau de la sous-région.

M. Ouattara et son homologue français, Emmanuel Macron, s’étaient alors engagés à « renforcer de manière concrète » leurs partenariats militaires et dans le renseignement pour « gagner la bataille contre le terrorisme ».

 

Coopération internationale

Un engagement qui ne sera visiblement pas resté lettre morte. Fin septembre, le président français a dépêché un officier militaire auprès d’Abidjan. Il s’agit du lieutenant-colonel François Rouby, qui devra apporter son expertise aux renseignements militaires ivoiriens et contribuer ainsi à leur restructuration. En effet, la France et le Maroc participent activement à la réforme des services de renseignement en Côte d’Ivoire, dirigés par Narcisse Attoh. Le lieutenant-colonel Rouby devra aider en particulier à redéfinir les compétences du service pour plus d’efficacité dans la remontée et le traitement des informations.

Comme le fait remarquer Samuel Nguembock, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), « la Côte d’Ivoire, contrairement à de nombreux pays africains, bénéficie de coopérations et de partenariats de défense bien mieux structurés depuis quelques années ». Pour le chercheur, la réforme et la modernisation de l’armée et des forces de sécurité, ainsi que l’assistance technique de ses partenaires, sont les principaux atouts de la Côte d’Ivoire en matière de sécurité.

Outre le partenariat avec la France, le pays d’Alassane Ouattara a aussi renforcé ses liens avec le voisin burkinabé, notamment dans la lutte contre le terrorisme. « Nous devons faire face ensemble à la question de l’immigration illégale, du terrorisme, de la criminalité transnationale ainsi qu’aux défis du réchauffement climatique », avait affirmé le chef de l’État ivoirien en juillet dernier à Ouagadougou, lors du 6e Traité de l’Amitié et de la Coopération (TAC) entre les deux pays.

 

Sécurité en Afrique, un enjeu mondial

Tout en construisant ces alliances stratégiques, la Côte d’Ivoire poursuit le développement de ses propres objectifs. Elle ambitionne notamment d’être la première puissance maritime de la sous-région. « On ne peut pas être la première puissance sous-régionale et ne pas être la première puissance maritime », a déclaré le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko, au terme d’une visite des différentes unités de la marine nationale

M. Bakayoko a rappelé qu’un budget de 5 milliards de F CFA (7. 600 000 millions d’euros) a été dégagé par son gouvernement pour améliorer les conditions de vie et de travail des marins. Le contre-amiral Djakaridja Konaté, chef d’état-major de la marine nationale, a annoncé que de nouveaux investissements logistiques étaient prévus, notamment pour mieux déployer la marine ivoirienne en haute mer.

Un renforcement des moyens sécuritaires en Côte d’Ivoire pourrait bénéficier à toute la région de l’Afrique de l’Ouest. Avec une connaissance approfondie du terrain et des populations, les forces armées ivoiriennes pourront devenir un partenaire incontournable pour la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme, les narcotrafics ou la piraterie.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sécurité informatique : les dépenses mondiales s’envolent

L’année 2018 est placée sous le signe de la recrudescence des dépenses de sécurité informatique avec une hausse de 18%... Voir l'article

Soudan du Sud : l’accord de paix ne sauvegarde aucunement la sécurité des civils

Malgré l’accord de paix signé en septembre 2018 entre le président sud-soudanais en place, Salva Kiir, et le chef des... Voir l'article

Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique... Voir l'article

B. Netanyahou promet de ne pas relâcher l’étreinte sur l’implantation iranienne en Syrie

Lors d’un discours récent effectué à l’école de l’Armée de l’air israélienne, le Premier ministre hébreu, Benjamin Netanyahou, a réitéré... Voir l'article

  • Urgent

    Sécurité informatique : les dépenses mondiales s’envolent

    L’année 2018 est placée sous le signe de la recrudescence des dépenses de sécurité informatique avec une hausse de 18% à l’échelle planétaire. La protection... Voir l'article

    Soudan du Sud : l’accord de paix ne sauvegarde aucunement la sécurité des civils

    Malgré l’accord de paix signé en septembre 2018 entre le président sud-soudanais en place, Salva Kiir, et le chef des rebelles, Riek Machar, les violences... Voir l'article

  • personnalites

    Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

    Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à la frontière du Venezuela et... Voir l'article

    Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

    America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique et militaire des Etats-Unis au... Voir l'article

    B. Netanyahou promet de ne pas relâcher l’étreinte sur l’implantation iranienne en Syrie

    Lors d’un discours récent effectué à l’école de l’Armée de l’air israélienne, le Premier ministre hébreu, Benjamin Netanyahou, a réitéré sa volonté d’empêcher l’ennemi héréditaire... Voir l'article