France : la Défense remet en question la sécurité des sites de stockage d’armes

La ville de Miramas (Bouches-du-Rhône) a été le théâtre d’un vol d’un stock important de munitions et d’explosifs. 150 détonateurs et pains de plastic ont été dérobés au dépôt du Service interarmées. « Les malfaiteurs ont découpé les grillages et pénétrer dans le site » précisent des sources proches de l’enquête.

Le parquet de Marseille a été saisi de l’enquête pour vol avec effraction commis en bande organisée et introduction frauduleuse dans une enceinte militaire. Cette base logistique connectée au réseau ferroviaire, est notamment utilisée pour les opérations extérieures militaires de la France (OPEX). « Elle a d’ailleurs servi pour des interventions au Mali » précise le maire de Miramas, Frédéric Vigouroux. Cet acte n’est pas isolé puisqu’en 2008, un vol de grande ampleur (28 kilos d’explosifs) avait eu lieu dans un centre de déminage de la banlieue de Lyon, une effraction ayant déjà souligné, à l’époque, les défaillances dans la sécurisation des sites hexagonaux.

Le ministère de la Défense a donc ordonné une enquête de commandement pour analyser les faits et cibler les éventuelles responsabilités. La Direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense (DPID) a été mandatée « afin de proposer les mesures correctrices qui s’imposent », précise le ministère dans un communiqué.

Source : Le Parisien

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.