La bataille de l’or bleu entre Le Caire et Addis-Adeba décisive pour l’Egypte

Publication: 06/12/2019

L’imposant barrage éthiopien de la Renaissance sur le Nil Bleu, achevé à 70%, pourrait à terme durement impacter les ressources d’eau de l’Egypte ainsi que son économie domestique.

Situé à 40 kilomètres à l’est du Soudan sur le Nil Bleu, le Barrage de la Renaissance déploie en effet près de 6000 mégawatts et fait peser un danger économique et sanitaire certain sur son imposant voisin égyptien.

Et pour cause, si historiquement un traité soudano-égyptien stipulait un partage exclusif du flux entre les deux pays, les trois Etats ont convenu en 2015 de la mise en place d’une coopération tripartite dans le remplissage et l’exploitation du site.

Logiquement, les autorités éthiopiennes ont désormais la main dans ce dossier. Et cela, d’un point de vue “géographique”. De quoi inquiéter les autorités du Caire mais aussi les paysans égyptiens pour qui l’or bleu reste indispensable pour pouvoir travailler.

Le désarroi des paysans égyptiens

Ce (barrage) signifie la dévastation de nos terres agricoles. Comment va-t-on pouvoir conserver notre activité ?”, s’insurge ainsi auprès du Monde, Baharmis, Ahmed, un cultivateur de 23 ans. Une inquiétude que partage Mohamed Omar, l’un de ses acolytes : “Mon champ est à sec depuis des jours. J’ai besoin d’eau avant que d’autres ne se servent Nous dépendons de l’eau du Nil, qui est particulièrement insuffisante l’été”, ajoute de son côté l’intéressé.

Et pour cause, comme le rappelle le média, le Nil, plus long fleuve du monde, sert d’artère vitale pour les dix pays qu’il traverse. En Egypte, il fournit pas moins de 97 % des besoins en eau et ses rives abritent 95 % de la population, passée de 35 millions d’habitants en 1970 à 100 millions aujourd’hui.

Dans les faits, l’Egypte espère obtenir de l’Ethiopie un minimum d’eau garanti, un remplissage du réservoir plus lent pour éviter une pénurie notamment en cas de sécheresse, mais aussi la présence de ses experts sur le chantier.

Des négociations difficiles

Un postulat qui reste lettre morte pour le moment… Et qui a le don d’agacer le gouvernement égyptien qui juge inacceptable la poursuite des travaux à même d’impacter la stabilité régionale.

Il est toutefois important de noter qu’une solution militaire est toujours exclue par le président al-Sissi… Et que de nouvelles négociations ont débuté lundi 2 décembre au Caire.

Pour rappel, l’Egypte a officialisé début 2018 l’élaboration d’une station d’épuration sur le Nil. Le but étant d’anticiper les risques liés à la réduction de son débit*.

*Le niveau de pénurie est atteint lorsque les ressources passent en dessous de 1000 m3 par personne et par an 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée,... Voir l'article

Bruxelles et le trio Airbnb -Expedia-TripAdivor signent un accord de partage de données

L’office de statistique de l’Union européenne, Eurostat, obtiendra en conséquence des données essentielles afin de pouvoir établir et publier des... Voir l'article

L’Organisation météorologique mondiale tire le signal d’alarme

Le rapport 2019 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), présenté mardi 10 mars aux Nations unies, confirme que le réchauffement climatique... Voir l'article

  • Urgent

    Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

    D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle de tabac au Pakistan avec... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article

    Nouveau report des élections en Guinée : le projet controversé d’Alpha Condé

    Le président guinéen Alpha Condé a de nouveau reporté les élections législatives et le référendum constitutionnel prévus le 1er mars. Depuis, les manifestations se poursuivent... Voir l'article

    “DSK” retrouve des couleurs via son entreprise de conseil

    Toujours étroitement associé à l’affaire du Sofitel de mai 2011, qui lui coûtera la présidentielle française de 2012, Dominique Strauss-Kahn s’est refait depuis une santé... Voir l'article