Syrie : Damas dément être responsable de la tragédie de Khan Cheikhoun

Publication: 06/04/2017

Le régime de Bachar el-Assad nie toute implication dans l’attaque chimique qui a foudroyé mardi la ville syrienne de Khan Cheikhoun (86 morts dont 30 enfants). Moscou continue quant à lui de défendre bec et ongle le régime de Damas alors que la communauté internationale s’organise pour sanctionner les auteurs de cette horrible tragédie.

Je peux vous assurer une nouvelle fois que l’armée arabe syrienne n’a pas utilisé et n’utilisera jamais ce genre d’armes contre notre propre peuple, contre nos enfants, pas même contre les terroristes qui ont tué notre peuple.”

Le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, a rapidement dédouané via un communiqué le rôle du gouvernement d’el-Assad dans ce dossier.

Du côté de la Russie, la communication s’est orchestrée autour du même axe, dénonçant “un crime monstrueux”, tout en précisant que les preuves le reliant à Damas ne pouvaient à l’heure actuelle être prises en compte.

Le Kremlin s’est également fendu d’un argumentaire incisif pour répondre aux velléités de l’administration Trump qui souhaite agir de façon unilatérale si l’ONU ne parvient pas à résoudre l’équation :

«Toute information dont la partie américaine peut disposer ne peut pas être fondée sur des matériaux ou témoignages objectifs. Personne ne pouvait avoir d’information fiable et réaliste (à ce sujet). Nous ne sommes donc pas d’accord avec les appréciations qui sont données”, a martelé le porte-parole de l’Institution.

Un arsenal chimique toujours présent sur le territoire ?

Pour rappel, l’exécutif syrien avait officiellement acté le démantèlement de son arsenal chimique après la terrible tragédie du 21 août 2013 au cours de laquelle une offensive au gaz sarin dans la banlieue de Damas engendra la mort de près de 1400 personnes.

Cependant, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) avait indiqué par la suite que 8% de ces stocks étaient encore présents localement, laissant dès lors la porte ouverte à de nombreuses dérives.

Source : Le Parisien

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays,... Voir l'article

Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes... Voir l'article

Nuages noirs sur Chine rouge

Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les... Voir l'article

Syrie : Washington retire ses troupes au Nord et laisse les forces kurdes à la merci d’Ankara

Si Donald Trump avait indiqué au moins de janvier dernier que le retrait des forces US du nord-est de la... Voir l'article

  • Urgent

    Syrie : les forces kurdes trouvent un accord avec Damas pour contrer l’offensive d’Ankara

    Alors que la déferlante turque s’abat actuellement sur les forces armées kurdes de Syrie (FDS) positionnées au nord du pays, le régime de Bachar al-Assad... Voir l'article

    Le charbon est loin d’avoir dit son dernier mot

    Alors que le charbon, largement stigmatisé lors de la Cop 21 parisienne, fait partie des énergies fossiles les plus polluantes de la planète, force est... Voir l'article

  • personnalites

    Nuages noirs sur Chine rouge

    Xi Jinping se voit comme le successeur de Mao Tsé-toung. Mais la démonstration de force organisée par Pékin pour les 70 ans de la fondation... Voir l'article

    Alstom, scandale d’Etat ?

    Les modalités et les ramifications de la vente d’Alstom Energie à son concurrent américain General Electric plongent l’observateur dans un océan d’incompréhension. La justice française... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article