Cyber-espionnage des entreprises : Washington prévient Pékin

Si les Etats-Unis et la Chine ont signé, le 25 septembre dernier, un accord de principe régulant le cyber-espionnage entre les deux nations, le gouvernement américain reste toutefois sceptique quant à sa réelle mise en oeuvre par Pékin.

« Nous sommes tombés d’accord pour que ni le gouvernement américain, ni le gouvernement chinois ne mènent ou ne soutiennent en connaissance de cause le vol informatique de propriétés intellectuelles, notamment des secrets commerciaux. » Tels avaient été les propos prononcés par Barack Obama après l’officialisation de “ce pacte de non agression technologique”.

Bien que les deux pays reconnaissent ouvertement espionner leurs entreprises respectives, le Pentagone redoute toutefois que les entreprises locales chinoises aient accès à ces informations confidentielles, leur permettant en conséquence de copier des produits industriels américains.

L’Amiral Michael Rogers, en charge du cyber-commandement de l’instance, a donc tiré le signal d’alarme devant la commission des forces armées du Sénat : « La question est de savoir si les fruits de ces activités sont ensuite partagés avec les entreprises privées chinoises. Mais nous n’avons pas de réponse définitive pour le moment » a-t-il affirmé auprès de l’AFP.

Pour rappel, le Pentagone envisage de consolider son budget consacré à la guerre informatique à hauteur de 6,7 milliards de dollars en 2017, soit une hausse de plus de 15% par rapport à 2016.

Cette affaire fait également écho à une loi anti-terroriste très controversée promulguée par les autorités chinoises au mois de décembre 2015.  Et pour cause, cette dernière permet désormais aux agences gouvernementales locales d’avoirs accès aux données sensibles des utilisateurs web étrangers grâce à des chevaux de Troie ou via leurs clés de cryptage.

Sources : Le Temps et Boursorama

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.