Soudan du Sud : Gazprom exploitera quatre blocs pétroliers

Publication: 05/12/2018

Gazprom Neft, le troisième producteur d’huile de Russie et filiale de Gazprom, a signé un protocole d’accord avec le gouvernement du Soudan du Sud pour explorer quatre blocs pétroliers, annonce l’Agence Ecofin. Une nouvelle preuve que Moscou garde un oeil toujours plus avisé sur la région puisque l’uranium du voisin soudanais fait également les beaux jours de la Mère Patrie.

Cette signature est intervenue en marge d’une conférence sur le pétrole qui vise à attirer davantage d’investisseurs dans le pays. Estimée à 350 000 barils il y a cinq ans, la production d’or noir sud-soudanaise décroît en effet dangereusement. Juba souhaite donc relancer l’industrie locale et donner une nouvelle envergure à la production.

Ce constat est d’ailleurs particulièrement alarmant sachant que l’économie de ce petit pays – dont l’indépendance date du 9 juillet 2011 – repose à 98% sur ses ressources pétrolières. Une amélioration qui passe de facto par une modernisation des infrastructures domestiques.

Outre le dossier pétrolier, il est intéressant de noter que la Russie a également fait main basse en début d’année sur l’uranium soudanais. Khartoum a en effet annoncé lundi 12 mars que son riche vivier d’uranium (le 3ème au monde) était désormais ouvert aux investissements étrangers.

Le but étant pour le Soudan de multiplier ses réserves de devises étrangères, appauvries par la perte de ses puits pétroliers suite à l’indépendance du Soudan du Sud.

Le tapis rouge pour Moscou

Pour autant, Moscou garde un train d’avance sur ses concurrents dans ce dossier. Le président El-Béchir étant intimement convaincu que le savoir-faire russe en matière d’extraction de cette matière première demeurera prépondérant à l’avenir pour l’exploitation des centrales nucléaires nationales.

Cette tendance s’est notamment confirmée en juillet 2015 lorsque la Compagnie d’études géologiques du Soudan a découvert de grandes quantités du minerai dans diverses régions du pays.

Le gouvernement a donc acté la modification d’un certain nombre de textes législatifs portant sur le commerce, les devises étrangères, les ressources minérales, le stockage des minéraux précieux, ainsi que l’exportation à des prix plus attractifs que ceux proposés par les marchés internationaux.

Mais ce n’est pas tout, puisque la justice soudanaise a décidé parallèlement de serrer la vis sur l’épineuse problématique de la fraude au certificat d’origine.

Pour rappel, Khartoum fait face actuellement à une importante crise économique, marquée par une dévaluation de la Livre (la monnaie nationale) début 2018, ainsi qu’une suppression des subventions sur plusieurs produits de base.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Emmanuel Macron ne souhaite pas suivre Washington sur le dossier Huawei

Alors que Washington a blacklisté les équipements du groupe chinois, Huawei, pour la construction de ses réseaux mobiles de cinquième... Voir l'article

L’application WhatsApp encore frappée par les hackers

La très populaire application de messagerie, WhatsApp (1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde), a subi récemment une cyber-attaque majeure. Une... Voir l'article

L’Arabie saoudite dénonce un sabotage sur deux de ses pétroliers en mer d’Oman

Deux pétroliers saoudiens ont subi d’importants dégâts dimanche 12 mai au large des Emirats arabes unis, confirme Riyad, qui appelle... Voir l'article

Libye : Emmanuel Macron exige un cessez-le-feu sans condition

Le président français a rencontré mercredi 8 mai le le chef du gouvernement d’Union nationale libyen (GNA) reconnu par l’ONU,... Voir l'article

  • Urgent

    Emmanuel Macron ne souhaite pas suivre Washington sur le dossier Huawei

    Alors que Washington a blacklisté les équipements du groupe chinois, Huawei, pour la construction de ses réseaux mobiles de cinquième génération (5G) – tout en... Voir l'article

    L’application WhatsApp encore frappée par les hackers

    La très populaire application de messagerie, WhatsApp (1,5 milliard d’utilisateurs dans le monde), a subi récemment une cyber-attaque majeure. Une faille de sécurité a en... Voir l'article

  • personnalites

    Emmanuel Macron ne souhaite pas suivre Washington sur le dossier Huawei

    Alors que Washington a blacklisté les équipements du groupe chinois, Huawei, pour la construction de ses réseaux mobiles de cinquième génération (5G) – tout en... Voir l'article

    Libye : Emmanuel Macron exige un cessez-le-feu sans condition

    Le président français a rencontré mercredi 8 mai le le chef du gouvernement d’Union nationale libyen (GNA) reconnu par l’ONU, Fayez el-Sarraj, afin de faire... Voir l'article

    Des élections législatives incertaines au Bénin

    Le Bénin de Patrice Talon traverse une crise politique sans précédent. Pour la première fois depuis trente ans, l’opposition béninoise ne présentera aucune liste aux... Voir l'article