Taxe Gafa : l’empire américain contre-attaque

Publication: 05/08/2019

C’est un euphémisme, le géant américain de l’e-commerce, Amazon, a très peu goûté à la taxe Gafa instaurée par la France le 11 juillet dernier à l’encontre des entreprises proposant des services numériques dans l’Hexagone.

Concrètement, celle-ci permet d’imposer de manière plus efficace le chiffre d’affaires réalisé par ses structures sur le sol français. Ces dernières usant de stratagèmes de défiscalisation plus ingénieux les uns que les autres dans le but de diminuer “la facture” envers le Fisc.

En conséquence, Amazon a décidé de répercuter ce manque à gagner sur ses revendeurs français en augmentant de 3% ses commissions sur les transactions réalisées. Et cela, dès le 1er octobre prochain. De leur côté, Facebook ou encore Google, attendent encore un peu avant de faire connaître leur stratégie dans ce dossier au combien sensible entre Paris et Washington.

Selon RFI, la société dirigée par Jeff Bezos considère en effet “qu’elle n’est pas en mesure d’absorber cette nouvelle taxe, en raison du secteur « très concurrentiel » dans lequel elle opère et des investissements importants réalisés ces dernières années. Cela ne l’a cependant pas empêché de réaliser plus de 2,6 milliards de dollars de bénéfices net au deuxième trimestre”.

Dans les faits, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait joint la parole aux actes au mois de janvier en annonçant un projet de loi spécifique portant sur une taxe qui touchera “dès cette année les entreprises proposant des services numériques en France (et dont le chiffre d’affaires dédié atteint 750 millions d’euros dans le monde et de plus de 25 millions d’euros en France)”.

Article connexe :

Affaire Meng Hongwei : Pékin rompt sa coopération policière avec la France

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Samjiyon, la nouvelle lubie urbaine de Kim Jong-un

Reconstruire Samjiyon, tel est l’objectif du dictateur nord-coréen, Kim Jong-Un. Dans les faits, cette cité, chef-lieu d’un comté situé à... Voir l'article

Le Maroc, entre tradition et progrès

ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de... Voir l'article

Emmanuel Macron officialise une aide de 5 Mds€ pour les jeunes pousses françaises

Le président français – qui était présent aujourd’hui au “France Digitale Day” – souhaite que la France atteigne le cap... Voir l'article

Erdogan exige davantage d’aides de Bruxelles dans la gestion des flux migratoires

Le président turc estime que les aides octroyées par l’Union européenne à la Turquie pour contrôler les flux migratoires méditerranéens... Voir l'article

  • Urgent

    Samjiyon, la nouvelle lubie urbaine de Kim Jong-un

    Reconstruire Samjiyon, tel est l’objectif du dictateur nord-coréen, Kim Jong-Un. Dans les faits, cette cité, chef-lieu d’un comté situé à la frontière chinoise et proche... Voir l'article

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article

  • personnalites

    Le Maroc, entre tradition et progrès

    ENTRETIEN. Géopolitologue et islamologue, Charles Saint-Prot est un des meilleurs spécialistes français du Maroc. A l’occasion des vingt ans de règne du roi Mohammed VI,... Voir l'article

    Emmanuel Macron officialise une aide de 5 Mds€ pour les jeunes pousses françaises

    Le président français – qui était présent aujourd’hui au “France Digitale Day” – souhaite que la France atteigne le cap des 25 licornes en 2025,... Voir l'article

    Erdogan exige davantage d’aides de Bruxelles dans la gestion des flux migratoires

    Le président turc estime que les aides octroyées par l’Union européenne à la Turquie pour contrôler les flux migratoires méditerranéens ne suffisent plus à enrayer... Voir l'article