Syrie : Moscou, Ankara et Téhéran en position de force

Le trio russe, turc et iranien souhaite instaurer un cessez-le-feu durable en Syrie alors que la Maison Blanche reste plutôt en retrait actuellement dans ce dossier. Néanmoins, des frictions subsistent toujours entre les protagonistes.

Réunis dans la capitale turque mercredi 05 avril, Vladimir Poutine, Recep Erdogan et Hassan Rohani ont accordé leurs violons sur la mise en place d’un cessez-le-feu durable en Syrie. Et cela, en accélérant leurs efforts pour assurer le calme sur le terrain, protéger les civils dans les zones de désescalade et faciliter un accès rapide de l’aide humanitaire à ces zones, relaie Le Parisien.

Pour autant, ce plan de paix, s’il est louable dans les faits, est loin d’être gagné sur le papier car de nombreux accrocs pourraient venir ternir cet épineux dossier. A commencer par la problématique du Kurdistan syrien dont R. Erdogan refuse d’entendre parler. Le YPG (la branche kurde en syrie) étant considérée par Ankara comme un mouvement terroriste… Mais également un allié des Américains et du régime de Bachar el-Assad, lui-même soutenu par la Russie et l’Iran. Un vaste casse-tête, donc, vous en conviendrez.

Les Etats-Unis en retrait 

Sachant que Washington reste dans le même temps relativement discret sur la question syrienne. Une position que n’a pas manqué de critiquer V. Poutine lors du point presse : “Personne ne fait pratiquement rien, sauf l’Iran, la Turquie et la Russie. Nous voyons de petites livraisons de l’aide humanitaire de la part de l’ONU. Mais cela ne suffit résolument pas”, a-t-il ainsi clamé sans ménagement.

Pour rappel, Donald Trump a annoncé récemment son souhait de rapatrier à moyen terme les 2000 soldats US actifs dans le pays. Et cela, une fois que la menace Daesh disparaîtra totalement.

Source : Le Parisien

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.