Syrie : Moscou, Ankara et Téhéran en position de force

Publication: 05/04/2018

Le trio russe, turc et iranien souhaite instaurer un cessez-le-feu durable en Syrie alors que la Maison Blanche reste plutôt en retrait actuellement dans ce dossier. Néanmoins, des frictions subsistent toujours entre les protagonistes.

Réunis dans la capitale turque mercredi 05 avril, Vladimir Poutine, Recep Erdogan et Hassan Rohani ont accordé leurs violons sur la mise en place d’un cessez-le-feu durable en Syrie. Et cela, en accélérant leurs efforts pour assurer le calme sur le terrain, protéger les civils dans les zones de désescalade et faciliter un accès rapide de l’aide humanitaire à ces zones, relaie Le Parisien.

Pour autant, ce plan de paix, s’il est louable dans les faits, est loin d’être gagné sur le papier car de nombreux accrocs pourraient venir ternir cet épineux dossier. A commencer par la problématique du Kurdistan syrien dont R. Erdogan refuse d’entendre parler. Le YPG (la branche kurde en syrie) étant considérée par Ankara comme un mouvement terroriste… Mais également un allié des Américains et du régime de Bachar el-Assad, lui-même soutenu par la Russie et l’Iran. Un vaste casse-tête, donc, vous en conviendrez.

Les Etats-Unis en retrait 

Sachant que Washington reste dans le même temps relativement discret sur la question syrienne. Une position que n’a pas manqué de critiquer V. Poutine lors du point presse : “Personne ne fait pratiquement rien, sauf l’Iran, la Turquie et la Russie. Nous voyons de petites livraisons de l’aide humanitaire de la part de l’ONU. Mais cela ne suffit résolument pas”, a-t-il ainsi clamé sans ménagement.

Pour rappel, Donald Trump a annoncé récemment son souhait de rapatrier à moyen terme les 2000 soldats US actifs dans le pays. Et cela, une fois que la menace Daesh disparaîtra totalement.

Source : Le Parisien

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son... Voir l'article

Satellites : Facebook compte lancer son propre réseau dès 2019

Facebook compte lancer en 2019 son propre réseau satellitaire en basse altitude, intitulé Athéna. Et cela, afin de capter une... Voir l'article

Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président... Voir l'article

Chine : Pékin lorgne toujours plus sur le marché de l’or

Très actif, le géant asiatique pourrait rapidement obtenir la plus grande réserve d’or de la planète, devant la Russie. Selon... Voir l'article

  • Urgent

    Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

    Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son travail de sape contre le... Voir l'article

    Satellites : Facebook compte lancer son propre réseau dès 2019

    Facebook compte lancer en 2019 son propre réseau satellitaire en basse altitude, intitulé Athéna. Et cela, afin de capter une audience toujours plus élevée; le... Voir l'article

  • personnalites

    Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

    Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président Maduro sur un plateau. Et... Voir l'article

    Emmanuel Macron ne veut pas que les lois portent le nom des ministres

    Le JDD révèle qu’Emmanuel Macron a exigé au début de son quinquennat que les ministres n’attribuent plus leur nom aux lois dont ils sont l’auteur. ... Voir l'article

    Usurpation de l’identité de Macron : deux hommes jugés en correctionnel

    Deux hommes, respectivement âgés de 32 et 38 ans, sont suspectés d’avoir usurpé l’identité du chef d’Etat ainsi que le nom de sa formation politique... Voir l'article