Le journaliste irano-américain, Jason Rezaian poursuit Téhéran pour détention forcée

Publication: 03/10/2016

Arrêté arbitrairement en juillet 2014 par les autorités iraniennes, puis condamné à dix ans de prison pour espionnage en août 2015, et enfin relâché début 2016, le journaliste Jason Rezaian a engagé lundi 3 octobre une procédure pour détention forcée contre Téhéran.

En octobre 2014, le ministre du Renseignement iranien, Seyed Mahmoud Alawi, avait annoncé l’arrestation de plusieurs espions, dont le reporter, dans la province de Bouchehr où siège une centrale nucléaire civile. Ce dernier avait alors sous-entendu que de “tels crimes” ne resteraient pas sans suite :

« Certains services d’espionnage comme le Mossad, le MI6, la CIA ainsi que des pays ennemis de l’Iran poursuivent naturellement des objectifs négatifs pour la République islamique. »

Il avait ajouté que les industries du nucléaire, de la défense et des technologies de pointe étaient des cibles privilégiées par ces services pour des opérations de sabotage.

J.Rezaian, correspondant en Iran pour un média américain, demeura alors 18 mois en détention forcée sur fond de controverse à Washington, puisque Barack Obama n’avait pas su faire fléchir le géant perse sur ce dossier lors des négociations relatives au nucléaire iranien.

Le journaliste, aujourd’hui en sûreté, affirme avoir été incarcéré dans le seul but que “ses geôliers extorquent des concessions aux Etats-Unis.”

Il a donc entrepris des poursuites judiciaires contre Téhéran devant un tribunal fédéral de la capitale US en raison de “graves blessures personnelles et d’autres dommages irréparables” subis durant ce calvaire. Il demande à cette fin une compensation financière dont le montant n’a pas filtré, précise l’Express.

Pour rappel, sa compagne, Yeganeh, avait également été retenue en otage comme moyen de pression, et cela durant une période de deux mois.

Source : L’Express

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président... Voir l'article

L’UE est-elle allée trop loin en Erythrée ?

Alors que Bruxelles s’est engagé début février à soutenir un projet routier d’envergure en Erythrée, l’instance européenne pourrait laisser des... Voir l'article

Vers la création d’un tribunal international pour juger les crimes de l’EI ?

Une communauté d’experts internationaux milite pour la création d’une juridiction spéciale afin de pouvoir juger efficacement les membres de l’Etat... Voir l'article

Emmanuel Macron ne veut pas que les lois portent le nom des ministres

Le JDD révèle qu’Emmanuel Macron a exigé au début de son quinquennat que les ministres n’attribuent plus leur nom aux... Voir l'article

  • Urgent

    L’intelligence artificielle profite à tort à 40% des start-ups du Vieux Continent

    Un récent rapport du Britannique MMC Ventures démontre qu’à peine 60% des start-ups européennes spécialisées dans l’intelligence artificielle (IA) en font usage de manière significative dans leur(s) activité(s).... Voir l'article

    Somalie : Washington annonce la mort du numéro 2 de l’EI

    Très présent sur le sol somalien depuis la réouverture de son ambassade à Mogadiscio en décembre dernier, Washington poursuit son travail de sape contre le... Voir l'article

  • personnalites

    Venezuela : Washington presse l’ONU de reconnaître la légitimité de Juan Guaido

    Engagés à 200% dans l’épineux dossier vénézuélien, les Etats-Unis ne se cachent plus et veulent obtenir “la tête” du président Maduro sur un plateau. Et... Voir l'article

    Emmanuel Macron ne veut pas que les lois portent le nom des ministres

    Le JDD révèle qu’Emmanuel Macron a exigé au début de son quinquennat que les ministres n’attribuent plus leur nom aux lois dont ils sont l’auteur. ... Voir l'article

    Florence Parly veut plus de femmes haut gradées

    La ministre française des Armées a confirmé jeudi 7 mars sa volonté de faire progresser la mixité au sein de l’institution militaire. Et cela, en... Voir l'article