Pétrole : le Britannique BP durement touché par la crise sanitaire

Le géant de l’or noir, British Petroleum, a connu un exercice 2020 catastrophique en affichant des pertes nettes de 20,3 milliards de dollars contre un gain de 4 milliards en 2019. Et cela, en raison de la baisse des cours du secteur liée à la crise sanitaire.

C’est un fait, la crise du Covid-19 a littéralement plombé la demande d’or noir. Avec en tête de file, le transport routier et aérien en recul, tout comme la demande de pétrole, les prix ou encore les marges.

“(En conséquence), les cours pétroliers se sont effondrés à des tréfonds historiques jusqu’en territoire négatif début avril. Avant de remonter un peu au-dessus de 50 dollars désormais tout en restant inférieurs à leur niveau de tout début 2020″, souligne Capital.

Par ailleurs, “BP observe que les prix ont progressé depuis fin octobre, aidés par l’effort des pays de l’Opep et ses partenaires de réduire la production. Et plus récemment par les espoirs autour du déploiement des vaccins”.

Pour information, les mesures de reconfinement prises à travers le monde ont logiquement fragilisé le secteur. Selon le Figaro, “le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en janvier 2021, perdait (par exemple) 2,16% par rapport à la clôture de vendredi 30 octobre, à 37,12 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour décembre lâchait 2,68% à 34,83 dollars”.

Et cela, alors que les pays européens renforçaient dans le même temps leurs restrictions, à l’image de l’Allemagne, de la Belgique ou encore du Royaume-Uni.

A lire aussi : Les reconfinements ne font pas les affaires du pétrole

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.