La Chine fait de la face cachée de la lune son terrain de jeu

La Chine a marqué l’histoire de la conquête spatiale en étant le premier Etat à faire alunir un véhicule motorisé sur la face cachée de la lune. Le rover asiatique s’est posé sans encombre jeudi 3 janvier.

Selon l’Express, cette première mondiale confirme ainsi les ambitions et les (atouts) de Pékin dans le domaine spatial. (Dans les faits), le véhicule a été propulsé le 7 décembre par une fusée Longue Marche 3B depuis le centre de lancement de Xichang, dans le sud-ouest du pays. Depuis le 13 décembre, il effectuait des tours de notre satellite naturel, notamment pour vérifier que les communications et le transfert de données avec la Terre fonctionnaient correctement. Maintenant qu’il a aluni, il va pouvoir commencer sa mission, à savoir étudier cette partie encore inexplorée de l’astre Sélène et y mener des expériences scientifiques. »

Une nouvelle fenêtre sur l’univers

De son côté, Francis Rocard, astrophysicien et responsable du programme d’exploration du système solaire à l’agence spatiale française (CNES) confirme qu’il s’agit d’une avancée majeure en la matière :

« Maintenant que les Chinois se trouvent sur la face cachée, ils vont pouvoir déployer des antennes puissantes écoutant l’espace profond. Car ce côté-ci de la Lune, on est protégé de la pollution radio de la Terre. En un sens, ils ouvrent une nouvelle fenêtre sur l’univers. (Par ailleurs), le rover – qui a aluni au milieu du bassin Aitken, un cratère affleurant non pas la croûte superficielle, mais le manteau lunaire – pourrait apporter son lot de surprises (en matière d’exploration des sols). »

A suivre donc…

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.