Les reconfinements ne font pas les affaires du pétrole

Publication: 02/11/2020

Les mesures de reconfinement prises à travers le monde fragilisent un peu plus le secteur de l’or noir qui connait sa plus grande chute depuis le printemps (-10 à 11%).

Selon le Figaro, “le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en janvier 2021, perdait 2,16% par rapport à la clôture de vendredi 30 octobre, à 37,12 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour décembre lâchait 2,68% à 34,83 dollars”.

Le média ajoute que “les pays européens renforcent leurs restrictions, parmi eux l’Allemagne et la Belgique ce lundi. Ou encore au Royaume-Uni, où le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un nouveau confinement de l’Angleterre à partir de jeudi”.

Dans les faits, “la baisse de la demande survient à un moment où l’offre augmente, notamment en Libye, et à deux mois d’un allègement des coupes de l’Opep+. Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, via l’accord Opep+, ont en effet maintenu à l’occasion de leur dernière réunion ministérielle mensuelle, le 19 octobre, le calendrier des coupes décidées en avril pour surmonter l’impact de la pandémie. Celui-ci étant censé entraîner le retour sur le marché de 1,9 million de barils par jour au 1er janvier”.

Le pétrole syrien en eaux troubles

Par ailleurs, il est important de rappeler que l’or noir attise toujours l’appétit de l’échiquier mondial, malgré la pandémie. En Libye, par exemple, mais aussi en Syrie où Donald Trump a procédé à quelques ajustements en laissant deux contingents de soldats sur le territoire dévasté. Et cela, après avoir annoncé le 7 octobre 2019 le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie,

Selon Le Point, 200 forces spéciales continuent en effet de stationner à la frontière syro-irakienne pour effectuer des missions de contre-terrorisme et prévenir la résurgence de l’Etat islamique. Mais ce n’est pas tout, ce contingent US a également pour mission de protéger les principaux puits de pétrole du pays situés dans la région de Deir Ezzor. Cette réserve pèse en effet plus de la moitié de la production domestique.

Parallèlement, 150 soldats de l’oncle Sam séjournent toujours au sein de la garnison d’Al Tanf, à la frontière irako-jordanienne. Le but étant “d’empêcher que les djihadistes présents dans la steppe ne profitent du retrait américain pour traverser la frontière et passer en Jordanie”, poursuit le média.

Le cas sud-soudanais

De son côté, Djouba a augmenté en août 2019 sa production de pétrole de 6000 barils par jour, pour atteindre la barre des 180 000 barils. Le ministre sud-soudanais du pétrole, Awow Daniel Chuang, révélait alors que “cette hausse découlait de la reprise de l’activité dans les blocs 1 et 2 du champ pétrolier de Manga, fermés il y a (sept) ans en raison de l’insécurité dans le nord du pays”. L’intéressé précisait que “cette réouverture allait soutenir les efforts du gouvernement, qui vise à atteindre la barre des 200 000 barils par jour (à court terme)”.

Ce dossier est d’autant plus prégnant que le Soudan du Sud n’en finit plus avec les luttes intestines, les projets de paix et les restructurations gouvernementales. Concrètement, la production domestique décroît dangereusement depuis six ans. Un constat particulièrement alarmant alors que l’économie de ce petit Etat – dont l’indépendance date du 9 juillet 2011 – repose à 98 % sur ses ressources d’or noir. Ainsi, si la production était de 350 000 barils il y a 9  ans, elle est malheureusement passée sous la barre des 150 000 durant la guerre.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Pékin agite la menace des terres rares

Pékin étudie la possibilité de restreindre ses exportations de terres rares, faisant planer la menace d’une pénurie mondiale de ces... Voir l'article

L’Arabie saoudite investit dans l’industrie du jeu vidéo

Dépendante des cours du pétrole, dont elle est l’un des premiers producteurs du globe, l’Arabie saoudite diversifie ses sources d’investissements... Voir l'article

Placée en orbite autour de la planète rouge, la sonde Tianwen-1 symbole des ambitions chinoises dans l’espace

Le vaisseau Tianwen-1 vient de réussir sa mise en orbite autour de Mars. Le rêve chinois – devenir une puissance... Voir l'article

Covid-19 : la Sierra Leone s’en sort bien avec peu de moyens

Selon un décompte établi le 12 février, la Sierra Leone comptabilise 3823 cas, dont 79 décès. “Comparé à d’autres contextes... Voir l'article

  • Urgent

    Pékin agite la menace des terres rares

    Pékin étudie la possibilité de restreindre ses exportations de terres rares, faisant planer la menace d’une pénurie mondiale de ces métaux stratégiques indispensables à l’industrie... Voir l'article

    L’Arabie saoudite investit dans l’industrie du jeu vidéo

    Dépendante des cours du pétrole, dont elle est l’un des premiers producteurs du globe, l’Arabie saoudite diversifie ses sources d’investissements que ce soit dans l’industrie,... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    Facebook et Twitter : une politique de censure à double tranchant ?

    Les élections américaines, qui ont finalement couronné le démocrate Joe Biden, malgré les accusations de fraude de son rival Donald Trump, ont également vu émergé... Voir l'article

    Donald Trump lève les sanctions US à l’encontre de Taïwan, au grand dam de la Chine

    Selon Courrier International, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a levé samedi 9 janvier toutes les restrictions qui encadraient les contacts entre l’oncle Sam et... Voir l'article

    Les pays du Golfe fument le calumet de la paix mais n’enterrent pas la hache de guerre

    Après trois ans de blocus, Riyad et ses alliés ont scellé leur réconciliation avec Doha sous la pression d’une Administration Trump pressée d’achever sa “grande... Voir l'article