Les reconfinements ne font pas les affaires du pétrole

Publication: 02/11/2020

Les mesures de reconfinement prises à travers le monde fragilisent un peu plus le secteur de l’or noir qui connait sa plus grande chute depuis le printemps (-10 à 11%).

Selon le Figaro, “le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en janvier 2021, perdait 2,16% par rapport à la clôture de vendredi 30 octobre, à 37,12 dollars. A New York, le baril américain de WTI pour décembre lâchait 2,68% à 34,83 dollars”.

Le média ajoute que “les pays européens renforcent leurs restrictions, parmi eux l’Allemagne et la Belgique ce lundi. Ou encore au Royaume-Uni, où le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un nouveau confinement de l’Angleterre à partir de jeudi”.

Dans les faits, “la baisse de la demande survient à un moment où l’offre augmente, notamment en Libye, et à deux mois d’un allègement des coupes de l’Opep+. Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, via l’accord Opep+, ont en effet maintenu à l’occasion de leur dernière réunion ministérielle mensuelle, le 19 octobre, le calendrier des coupes décidées en avril pour surmonter l’impact de la pandémie. Celui-ci étant censé entraîner le retour sur le marché de 1,9 million de barils par jour au 1er janvier”.

Le pétrole syrien en eaux troubles

Par ailleurs, il est important de rappeler que l’or noir attise toujours l’appétit de l’échiquier mondial, malgré la pandémie. En Libye, par exemple, mais aussi en Syrie où Donald Trump a procédé à quelques ajustements en laissant deux contingents de soldats sur le territoire dévasté. Et cela, après avoir annoncé le 7 octobre 2019 le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie,

Selon Le Point, 200 forces spéciales continuent en effet de stationner à la frontière syro-irakienne pour effectuer des missions de contre-terrorisme et prévenir la résurgence de l’Etat islamique. Mais ce n’est pas tout, ce contingent US a également pour mission de protéger les principaux puits de pétrole du pays situés dans la région de Deir Ezzor. Cette réserve pèse en effet plus de la moitié de la production domestique.

Parallèlement, 150 soldats de l’oncle Sam séjournent toujours au sein de la garnison d’Al Tanf, à la frontière irako-jordanienne. Le but étant “d’empêcher que les djihadistes présents dans la steppe ne profitent du retrait américain pour traverser la frontière et passer en Jordanie”, poursuit le média.

Le cas sud-soudanais

De son côté, Djouba a augmenté en août 2019 sa production de pétrole de 6000 barils par jour, pour atteindre la barre des 180 000 barils. Le ministre sud-soudanais du pétrole, Awow Daniel Chuang, révélait alors que “cette hausse découlait de la reprise de l’activité dans les blocs 1 et 2 du champ pétrolier de Manga, fermés il y a (sept) ans en raison de l’insécurité dans le nord du pays”. L’intéressé précisait que “cette réouverture allait soutenir les efforts du gouvernement, qui vise à atteindre la barre des 200 000 barils par jour (à court terme)”.

Ce dossier est d’autant plus prégnant que le Soudan du Sud n’en finit plus avec les luttes intestines, les projets de paix et les restructurations gouvernementales. Concrètement, la production domestique décroît dangereusement depuis six ans. Un constat particulièrement alarmant alors que l’économie de ce petit Etat – dont l’indépendance date du 9 juillet 2011 – repose à 98 % sur ses ressources d’or noir. Ainsi, si la production était de 350 000 barils il y a 9  ans, elle est malheureusement passée sous la barre des 150 000 durant la guerre.

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

La Direction générale de l’aviation civile met un stop à la 5G

Le ton monte entre les opérateurs 5G et la Direction générale française de l’aviation civile, confirme le site Kulture Geek.... Voir l'article

Aviation civile : près de 5 millions d’emplois menacés

L’aviation civile tire la langue en cette triste période de pandémie, fustige l’association internationale du transport aérien (IATA). Et pour... Voir l'article

Amnesty International : le rapport empreint de partialité sur la Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, la reprise du dialogue entre le Gouvernement et l’opposition est indispensable à une sortie de crise durable.... Voir l'article

Smart cities : débats singuliers pour un modèle pluriel

Présentée comme un modèle futuriste de rationalisation et d’optimisation de l’urbain, la smart city est pourtant frappée comme les autres... Voir l'article

  • Urgent

    La Direction générale de l’aviation civile met un stop à la 5G

    Le ton monte entre les opérateurs 5G et la Direction générale française de l’aviation civile, confirme le site Kulture Geek. La DGAC émet en effet... Voir l'article

    Aviation civile : près de 5 millions d’emplois menacés

    L’aviation civile tire la langue en cette triste période de pandémie, fustige l’association internationale du transport aérien (IATA). Et pour cause, près de 5 millions... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    L’annonce de l’efficacité à 90% du vaccin Pfizer fait le bonheur de ses dirigeants

    L’officialisation en grandes pompes de l’efficacité à 90% du vaccin anti-Covid du laboratoire Pfizer a permis au président du géant américain, Albert Bourla, et sa... Voir l'article

    Hausse de l’indemnité logement des députés : A quoi joue le gouvernement ?

    Alors que la pandémie Covid-19 pulvérise peu à peu l’économie hexagonale, la hausse de l’indemnité logement des députés de 900 à 1200 euros, décidée par... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article