intelligence-economique-afrique

L’intelligence économique s’ancre en Côte d’Ivoire

Publication: 02/02/2018

Le 10 janvier 2018, le conseil des ministres, présidé par Alassane Ouattara, a signé un décret portant la création du Conseil national des politiques économiques (CNPE). L’objectif est de renforcer l’attractivité de la Côte d’Ivoire pour les investissements directs étrangers tout en développant, par l’offre de cabinets spécialisés en la matière, les activités d’intelligence économique.

Le développement de l’intelligence économique (IE) est plus que jamais d’actualité dans le pays d’Alassane Ouattara. Le Conseil national des politiques économiques (CNPE) devrait permettre à la Côte d’Ivoire de relever le défi de la croissance économique dans un contexte mondialisé. Comme l’explique Jean-Michel Lavoizard, ancien des forces spéciales françaises actuellement installé en Côte d’Ivoire et au Nigéria, la perception des marchés internationaux vers l’Afrique a radicalement changé ces dernières années. « L’engouement des investissements en Afrique, avec les opportunités, les risques et les problèmes que cela entraîne, génère des besoins importants en information fiable, actualisée et contextualisée sur des marchés, des appels d’offres, des partenaires, des interlocuteurs… ».

Arrivé en Côte d’Ivoire juste après la crise postélectorale de 2010, Jean-Michel Lavoizard a aussitôt compris l’importance de miser sur le développement rapide du pays et les besoins croissants en intelligence économique. La société qu’il dirige, Aris-Intelligence, intervient aujourd´hui dans l’ensemble des marchés d’Afrique subsaharienne et du nord au profit d’opérateurs et d’investisseurs locaux et internationaux.

L’intelligence économique pour déceler l’information stratégique 

Le 28 décembre dernier, le cabinet de conseil en intelligence économique, Oxford Business Group (OBG) et la firme EY, (ex-Ernst & Young) ont signé un partenariat afin de rapprocher les investisseurs étrangers du marché ivoirien en leur proposant des informations stratégiques sur les nouvelles réglementations et procédures fiscales en vigueur dans le pays.

EY, qui fait partie des “Big Four”, n’est qu’un des grands noms de l’audit à parier sur l’Afrique de l’Ouest. Le cabinet assiste désormais le gouvernement ivoirien dans ses projets de grandes réformes fiscales, dont l’objectif principal est de permettre au pays d’élever ses recettes tout en restant compétitif pour attirer les capitaux internationaux.

Un objectif jugé indispensable par OBG, qui attire l’attention sur la chute du prix du cacao et la forte prévalence du secteur informel dans l’économie. « Pour assurer le développement de l’économie ivoirienne, le gouvernement doit faire davantage pour que tous les acteurs économiques participent et bénéficient d’un régime fiscal sur mesure », affirme Clémentine Clabault, directrice du cabinet en Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire accroît son attractivité

Comme le souligne le Centre africain de veille et d’intelligence économique (CAVIE), qui s’applique au développement de l’intelligence économique sur le continent. « L’IE est vitale pour l’Afrique parce qu’elle permet une double attitude : défensive et offensive tout à la fois. Offensive pour aller à la conquête des marchés extérieurs ; défensive pour surveiller et assurer efficacement la protection de l’image du continent, de ses entreprises, de ses territoires, de ses ressources naturelles, et de son patrimoine informationnel face à une diversité d’acteurs », soutient l’ONG dont l’objectif est de promouvoir les bonnes pratiques de veille et d’intelligence économique en Afrique.

Des recommandations déjà mises en œuvre par le gouvernement ivoirien, décidé à accroître l’attractivité du pays pour les investisseurs directs étrangers (IDE). Le plan national de développement (Pnd 2016-2020) vise à faire de l’investissement privé un moteur de la croissance de l’économie. D’après fratmat.info, la situation monétaire devrait s’améliorer grâce à la hausse des avoirs extérieurs nets (+5,7%; +129,0 milliards de F Cfa) et du crédit net à l’économie (+16,9%). Le budget sortirait néanmoins déficitaire (-3,7% du PIB).   Dans ce contexte, selon le directeur du cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, « il apparaît opportun d’explorer des voies nouvelles et de nouveaux outils » afin d’améliorer l’attractivité de la Côte d’Ivoire.

D’après les estimations du cabinet OBG, le marché des capitaux devrait continuer à se développer en Côte d’Ivoire, tandis que les perspectives d’investissement demeurent positives. « Dans un contexte où le financement de la dette peut s’avérer complexe, le recours au marché des capitaux se place comme une alternative très intéressante », souligne Clémentine Clabault.

Afin de promouvoir les investissements privés, « nécessaires et indispensables pour atteindre l’émergence » selon Adama Coulibaly, le gouvernement ivoirien encourage le développement  d’une approche méthodologique en matière d’information stratégique et de sécurité économique. Un choix qui permettra aux investisseurs d’accéder plus facilement aux informations stratégiques pour obtenir des avantages compétitifs décisifs.

 

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement... Voir l'article

Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère... Voir l'article

Diplomatie : saluée pour sa gestion de la crise sanitaire, la Corée du Sud s’émancipe

Nation historiquement coincée dans le giron de l’Empire chinois, puis colonie japonaise au tournant du XXème siècle et désormais fidèle... Voir l'article

Corruption de Big Tobacco, le cas d’école du Pakistan

D’après une enquête de l’OCCRP (« Organized Crime and Corruption Reporting Project »), Philip Morris International alimenterait le commerce parallèle... Voir l'article

  • Urgent

    Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

    A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement tendue en Côte d’Ivoire. Après... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article

  • Newsletter

  • personnalites

    Fake news en Côte d’Ivoire : à qui profitent la désinformation et la violence politique ?

    A l’approche de l’élection présidentielle et dans le cadre de l’état d’urgence instauré par Alassane Ouattara, la situation s’est considérablement tendue en Côte d’Ivoire. Après... Voir l'article

    Campagne pour la présidence de France Télévisions : Baldelli rameute à… gauche

    C’est une petite indiscrétion venue des arcanes de l’audiovisuel. Alors que la course pour la présidence de France Télévisions s’accélère et que les auditions des... Voir l'article

    La chloroquine vantée par Didier Raoult, épée de Damoclès du Covid-19 ?

    L’éminent spécialiste en infectiologie, Didier Raoult, basé à Marseille, mise beaucoup d’espoir sur l’hydroxy-chloroquine. D’après le directeur de l’Institut Méditerranée, une étude menée en Chine... Voir l'article