Syrie : le Hezbollah libanais a joué un rôle déterminant dans les combats

Publication: 02/02/2017

Avec plusieurs milliers de combattants chiites en Syrie, le Hezbollah joue un rôle non négligeable pour soutenir le régime de Bachar el-Assad. RFI a rencontré plusieurs éléments de la milice. Ces derniers témoignent de leur rôle dans la résolution du conflit local.

“C’était une grande bataille. Nous avons perdu beaucoup d’hommes, mais nous avons remporté la victoire, et je suis fier d’y avoir participé. Mon frère de 20 ans a perdu la vie durant les combats. Pour nous, c’est un privilège qu’il soit mort en martyr. Il est mort pour le Liban et pour le Hezbollah. Nous voulons tous suivre son exemple, et devenir nous aussi des martyres.”

Ces mots sont ceux d’un jeune soldat de l’organisation libanaise qui a choisi depuis quatre ans de se joindre aux forces de Bachar el-Assad, également soutenues par la Russie. Ce dernier, présent à Alep, récite les gammes qu’on lui a inculquées avec ardeur:

Quand je pars en Syrie, je sais que je ne reviendrai peut-être jamais. Mais je suis prêt à faire ce sacrifice parce que je pars pour lutter contre des terroristes qui sont contre les Musulmans, contre les Chrétiens, et contre tous ceux qui ne sont pas comme eux. Ce sont des gens qui n’ont pas de religion, qui tuent des enfants, et qui bombardent des civils. Je pars pour combattre le terrorisme, parce que si on ne le combat pas en Syrie, il arrivera chez nous, au Liban.”

Par ailleurs, le média a sollicité un responsable militaire du Hezbollah, dont le siège est situé à Beyrouth. L’homme évoque ainsi les motivations qui ont poussé le groupe à intervenir dans le pays voisin:

“A l’origine, si nous sommes allés en Syrie, ce n’est pas pour soutenir Bachar el-Assad mais pour éviter que le régime ne s’effondre. Car si le régime syrien s’effondre, alors nous aurons des milliers de djihadistes qui viendront dans notre (fief). Pour l’instant la menace existe encore. Les terroristes seront toujours soutenus par la communauté sunnite. Quand il y a une guerre entre chiites et sunnites, c’est une guerre de cent ans qui éclate.”

Ce leader charismatique définit dès lors les prochaines échéances de l’organisation sur le territoire syrien:

“Il y a encore Deir Ezzor, les environs de Homs et puis d’autres zones qui sont toujours occupées par les rebelles et par Daech. La force du Hezbollah, ce n’est pas une force traditionnelle, c’est une force d’assaut. Le rôle de nos combattants est d’attaquer en première ligne. Quand ils ont terminé, ils laissent la place à l’armée syrienne. C’est grâce à cette stratégie que la situation s’est améliorée en Syrie.”

Source : RFI

Publié par

réagir à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Dans la même catégorie

Sécurité informatique : les dépenses mondiales s’envolent

L’année 2018 est placée sous le signe de la recrudescence des dépenses de sécurité informatique avec une hausse de 18%... Voir l'article

Soudan du Sud : l’accord de paix ne sauvegarde aucunement la sécurité des civils

Malgré l’accord de paix signé en septembre 2018 entre le président sud-soudanais en place, Salva Kiir, et le chef des... Voir l'article

Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à... Voir l'article

Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique... Voir l'article

  • Urgent

    Sécurité informatique : les dépenses mondiales s’envolent

    L’année 2018 est placée sous le signe de la recrudescence des dépenses de sécurité informatique avec une hausse de 18% à l’échelle planétaire. La protection... Voir l'article

    Soudan du Sud : l’accord de paix ne sauvegarde aucunement la sécurité des civils

    Malgré l’accord de paix signé en septembre 2018 entre le président sud-soudanais en place, Salva Kiir, et le chef des rebelles, Riek Machar, les violences... Voir l'article

  • personnalites

    Brésil : Bolsonaro veut exploiter l’uranium d’une réserve indigène

    Le président brésilien compte exploiter à plein régime une importante réserve minière située dans une réserve indigène jouxtant l’Amazone, à la frontière du Venezuela et... Voir l'article

    Tensions Etats-Unis-Iran : Trump entre deux feux

    America First ! Depuis l’élection de Donald Trump en 2017, ce slogan de campagne est symbolisé par le désengagement diplomatique et militaire des Etats-Unis au... Voir l'article

    B. Netanyahou promet de ne pas relâcher l’étreinte sur l’implantation iranienne en Syrie

    Lors d’un discours récent effectué à l’école de l’Armée de l’air israélienne, le Premier ministre hébreu, Benjamin Netanyahou, a réitéré sa volonté d’empêcher l’ennemi héréditaire... Voir l'article