Inactivité physique : la facture de santé mondiale est préoccupante

La revue médicale, The Lancet, révèle que l’inactivité physique au quotidien engendre des coûts colossaux à l’échelle planétaire. Sachant que la pérennisation du télétravail découlant de la crise sanitaire va encore aggraver la situation.

Le média britannique, qui a basé son étude sur 142 pays (soit 93% de la population mondiale), évoque un coût global de 61 milliards d’euros réparti entre les dépenses de santé (53,8) et la perte de productivité collérative (13,7) !

Cinq grandes maladies liées au manque d’activité physique ont focalisé l’attention des chercheurs : le diabète de type 2 (le plus répandu), la maladie coronarienne, l’AVC, les cancers du sein et du côlon, causant ainsi près de 5 millions de décès par an. Toutefois, ces chiffres pourraient encore s’alourdir en prenant en compte l’ensemble des maladies existantes, surlignent ces derniers.

En se référant aux capacités financières des Etats, The Lancet explique que ce sont les pays les plus riches qui supportent 80,8% des conséquences financières, mais également 60,4% des coûts indirects. Les nations plus modestes (revenus faibles et moyens) sont de leur côté largement plus impactées en terme de pathologies et de décès prématurés.

L’universitaire Melody Ding (Sydney) explique néanmoins que quelques réflexes simples chaque jour peuvent endiguer ce triste phénomène. Il est donc vivement recommandé de ne pas garder une position assise trop longtemps (à partir de 8h par jour, le risque reste élevé) ou de pratiquer une activité physique quotidienne d’une heure (l’OMS conseille 150 minutes par semaine). La marche rapide et les balades à vélo respectivement à 5,6 et 16 km/h sont dès lors citées en exemple.

Cependant, la tâche demeure encore abyssale au niveau de l’Hexagone puisque 4 Français sur 5 ne bougent pas assez, tandis qu’un sur deux ne fait pas de sport, constate le site Top Santé…

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.