Conflit syrien : Washington veut garder les faveurs d’Ankara

Publication: 30/11/2017

Les Etats-Unis, conscients de l’influence non négligeable de la Turquie en Syrie et en Irak, pourraient faire des concessions importantes afin de garder les faveurs d’Ankara sur ce dossier brûlant. 

Washington a en effet annoncé en début de semaine qu’il réduirait son aide militaire au YPG (Kurdes syriens des Unités de protection du peuple) que le gouvernement d’Erdogan souhaite annihiler; un geste particulièrement apprécié du côté turc. Pour autant, la Maison Blanche a tenu à nuancer cette concession :

“Il nous est possible d’arrêter de fournir du matériel militaire à certains groupes, mais cela ne veut pas dire que nous allons cesser de le faire avec chacun d’eux”, souligne Sarah Sanders, porte-parole américaine.

En ce qui concerne le YPG, le Pentagone est resté particulièrement évasif en refusant d’évoquer un arrêt total des livraisons d’armes. Mais pour Ankara, la messe est dite. C’est du moins ce qu’affirme le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, citant un récent échange téléphonique entre Donald Trump et Recep Erdogan.

Les USA espèrent ainsi tempérer l’influence russe et iranienne sur ces territoires sinistrés où la Turquie joue un rôle central. France 24 rappelle enfin qu’Ankara est aussi un pilier du processus de paix, parallèle aux pourparlers de Genève, conduit sous les auspices de la Russie dans la capitale kazakhe, Astana.

Source : France 24

Article connexe :

Crise syrienne : Poutine se félicite des efforts du trio Moscou-Ankara-Téhéran

Publié par

réagir à cet article

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Dans la même catégorie

One Planet Summit : Emmanuel Macron tire le signal d’alarme

Le président français a tenu à remuer le monde politique et la sphère de la finance verte lors du One Planet... View Article

Jérusalem : Netanyahou et Bruxelles campent sur leurs positions

La visite du Premier ministre israélien à Bruxelles, prévue depuis plusieurs semaines, s’est largement focalisée sur l’épineux dossier de Jérusalem. Néanmoins,... View Article

Total : une stratégie diplomatique qui porte ses fruits au Moyen-Orient

Soucieux de maximiser son expansion au Moyen-Orient où les relations diplomatiques sont troubles, Total marche sur des œufs afin de... View Article

Jérusalem : sécurité renforcée autour de la Vieille ville suite aux propos de Trump

C’est ce qu’on appelle l’effet papillon. Après l’annonce de Donald Trump mercredi 6 décembre reconnaissant désormais Jérusalem comme la capitale... View Article

  • Urgent

    One Planet Summit : Emmanuel Macron tire le signal d’alarme

    Le président français a tenu à remuer le monde politique et la sphère de la finance verte lors du One Planet Summit qui se tenait hier... View Article

    Jérusalem : Netanyahou et Bruxelles campent sur leurs positions

    La visite du Premier ministre israélien à Bruxelles, prévue depuis plusieurs semaines, s’est largement focalisée sur l’épineux dossier de Jérusalem. Néanmoins, il pouvait difficilement en être... View Article

  • personnalites

    One Planet Summit : Emmanuel Macron tire le signal d’alarme

    Le président français a tenu à remuer le monde politique et la sphère de la finance verte lors du One Planet Summit qui se tenait hier... View Article

    Jérusalem : Netanyahou et Bruxelles campent sur leurs positions

    La visite du Premier ministre israélien à Bruxelles, prévue depuis plusieurs semaines, s’est largement focalisée sur l’épineux dossier de Jérusalem. Néanmoins, il pouvait difficilement en être... View Article

    Tollé en Palestine : Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël

    Une fois n’est pas coutume, Donald Trump a provoqué une véritable déflagration internationale mercredi 6 décembre en reconnaissant officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël.  “L’heure est... View Article