Total : une stratégie diplomatique qui porte ses fruits au Moyen-Orient

Publication: 11/12/2017

Soucieux de maximiser son expansion au Moyen-Orient où les relations diplomatiques sont troubles, Total marche sur des œufs afin de ne froisser aucun interlocuteur incontournable dans la région. 

“Total est Qatari au Qatar, Emirati à Abu Dhabi, Iranien en Iran, je n’ai pas à choisir entre ces pays.” Telle est la position du PDG du groupe français.

Patrick Pouyanné a en effet pris soin de prononcer cette phrase en juillet dernier lorsque les relations entre Doha et Riyad étaient au plus bas. Et cela, dans un but bien précis, prospérer durablement dans une zone gazière et pétrolière hyper attrayante. 

Un postulat que souligne à juste titre Challenge : “En octobre, lors de la World Policy Conference, la rencontre diplomatique organisée chaque année par Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales (Ifri), P. Pouyanné a pu discuter à Marrakech avec le ministre des Affaires étrangères du Qatar. Dans son allocution, aucune référence à la crise en cours. Place à la langue de bois sur la transformation de Total et la transition énergétique (…) Ainsi, a-t-il pris soin de prévenir Doha avant de signer cet été son contrat historique à 4,8 milliards de dollars avec Téhéran pour l’exploitation des plus grands gisements de gaz naturel au monde dans le golfe Persique. « On vous connaît », lui avaient alors répondu en substance les autorités qataries.” 

“Cet adoubement” est le signe que la communication de Total ne trouve pas d’accroc dans ce marasme étatique; une stratégie payante en somme, confirme de son côté Francis Perrin, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) :

“Total est né au Moyen-Orient au début des années 1930. Son ancienneté dans la région constitue un atout majeur pour le groupe qui dispose d’accès privilégiés au plus haut niveau (…) De ce fait, ses mouvements (commerciaux) ne constituent pas un sujet de tension pour Riyad. En revanche, les Saoudiens sont très sensibles aux prises de position du Quai d’Orsay”, tempère-t-il.

Le média rappelle enfin que Total est actif dans sept pays de la région, et ce n’est pas pour rien… :

“Plutôt que de chasser les contrats aux Etats-Unis, comme certains de ses grands rivaux, Total préfère presser l’éponge à or noir du Moyen-Orient, qui offre les coûts de production les plus compétitifs du globe, à moins de 10 dollars le baril (…) La diplomatie parallèle du groupe comme ses ambitions dans le Golfe s’inscrivent donc dans une vision stratégique (efficiente).”

Source : Challenges

 

Publié par

réagir à cet article

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Dans la même catégorie

L’Iran menace d’augmenter ses stocks d’uranium enrichi

L’Organisation de l’énergie atomique iranienne (OEAI) a annoncé lundi que Téhéran pouvait sensiblement augmenter ses stocks d’uranium enrichi si la... View Article

Le rapprochement Suède-OTAN inquiète la Russie

Alors que Stockholm flirte de plus en plus avec l’OTAN, Moscou a décidé de monter au créneau pour prévenir la... View Article

Le Yémen est-il en train de brader l’archipel de Socotra aux Emirats arabes unis ?

Alors que la crise au Yémen s’aggrave, les Emirats arabes unis en profitent pour prendre le contrôle de Socotra, ensemble... View Article

Armement spatial : Moscou met en garde Washington

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’inquiète des projets américains en matière d’armement de l’espace qui pourraient à... View Article

  • Urgent

    L’Iran menace d’augmenter ses stocks d’uranium enrichi

    L’Organisation de l’énergie atomique iranienne (OEAI) a annoncé lundi que Téhéran pouvait sensiblement augmenter ses stocks d’uranium enrichi si la situation l’exigeait.  L’Iran pourrait en... View Article

    Le rapprochement Suède-OTAN inquiète la Russie

    Alors que Stockholm flirte de plus en plus avec l’OTAN, Moscou a décidé de monter au créneau pour prévenir la Suède des conséquences inhérentes à... View Article

  • personnalites

    Emmanuel Macron milite pour bétonner l’axe commercial Paris-Pékin

    Emmanuel Macron est actuellement à Pékin pour convaincre son homologue chinois, Xi Jinping, de façonner un axe économique efficient entre les deux pays. Le locataire... View Article

    Bulgari au Myanmar : une « mobilisation citoyenne » montée de toutes pièces ?

    Bulgari, le joaillier italien du groupe LVMH, est la cible d’une mobilisation sur les réseaux sociaux, orchestrée par un collectif prétendant défendre la cause Rohingya.... View Article

    Bruno Le Maire en mission à Moscou pour renforcer l’axe économique franco-russe

    Paris souhaite dynamiser sa relation économique avec Moscou en dépit des sanctions occidentales qui pèsent sur la Russie. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire,... View Article