Emmanuel Macron milite pour bétonner l’axe commercial Paris-Pékin

Publication: 09/01/2018

Emmanuel Macron est actuellement à Pékin pour convaincre son homologue chinois, Xi Jinping, de façonner un axe économique efficient entre les deux pays. Le locataire de l’Elysée vise la signature d’une cinquantaine de contrats d’envergure. 

L’équation est simple pour l’état-major français : rééquilibrer à tout prix les relations commerciales entre l’Hexagone et le mastodonte asiatique, qui penchent largement en faveur de Pékin. Et pour cause, la Chine présente un ascendant budgétaire de 30 milliards d’euros si l’on se fie au seul cru 2016.

Un rapport de force gagnant-gagnant serait donc plus que souhaitable. Telle est en substance la plaidoirie tenue par E. Macron ce mardi en visitant l’incubateur d’entreprises, Soho Q, dans la capitale :

“Le partenariat avec la Chine est un partenariat stratégique. Il faut structurer les relations en termes de propriété intellectuelle, structurer un accès plus grand au marché chinois, permettre les investissements chinois en France et ouvrir les données de manière réciproque.”

Cet appel du pied a partiellement porté ses fruits, révèle Le Parisien, “puisqu’un premier contrat a été signé avec le géant chinois de vente en ligne, JD. com, qui s’est engagé à vendre sur ses plateformes pour 2 Mds€ de produits français aux consommateurs (locaux) sur les deux prochaines années.”

Mais ce n’est pas tout, l’ex-ministre de l’Economie a également obtenu la fin de l’embargo de Pékin sur le bœuf français qui durait depuis 2001 en raison de la crise de la vache folle. Et cela, dans un délai de six mois.

Sauver l’A380

Parallèlement, le secteur de l’aéronautique agite aussi les négociations. Airbus abat en effet de nombreuses cartes, à l’image de l’A320 et de l’A330 dont le groupe franco-allemand entend écouler 50 à 100 exemplaires auprès du loueur ALC pour une somme avoisinant 10 milliards de dollars.

Quant au délicat dossier de l’A380 dont les ventes peinent à décoller, l’avionneur espère obtenir “un partenariat industriel de choix avec la Chine en échange de l’achat de son gros-porteur.”

La branche nucléaire n’est par ailleurs pas en reste car New Areva a signé aujourd’hui un protocole d’accord commercial avec le groupe nucléaire étatique chinois, CNNC, pour la construction d’une usine de retraitement de déchets nucléaires dans le pays; Le Monde évoquant une manne financière de dix milliards d’euros assurée pour la structure hexagonale.

Source : Le Parisien

 

 

 

Publié par

réagir à cet article

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Dans la même catégorie

Arctique-licences pétrolières : la justice norvégienne déboute plusieurs ONG

Plusieurs ONG – dont Greenpeace – avaient saisi en 2016 la justice norvégienne afin de s’opposer à la concession par... View Article

L’Iran menace d’augmenter ses stocks d’uranium enrichi

L’Organisation de l’énergie atomique iranienne (OEAI) a annoncé lundi que Téhéran pouvait sensiblement augmenter ses stocks d’uranium enrichi si la... View Article

Le rapprochement Suède-OTAN inquiète la Russie

Alors que Stockholm flirte de plus en plus avec l’OTAN, Moscou a décidé de monter au créneau pour prévenir la... View Article

Le Yémen est-il en train de brader l’archipel de Socotra aux Emirats arabes unis ?

Alors que la crise au Yémen s’aggrave, les Emirats arabes unis en profitent pour prendre le contrôle de Socotra, ensemble... View Article

  • Urgent

    Arctique-licences pétrolières : la justice norvégienne déboute plusieurs ONG

    Plusieurs ONG – dont Greenpeace – avaient saisi en 2016 la justice norvégienne afin de s’opposer à la concession par le géant scandinave de plusieurs... View Article

    L’Iran menace d’augmenter ses stocks d’uranium enrichi

    L’Organisation de l’énergie atomique iranienne (OEAI) a annoncé lundi que Téhéran pouvait sensiblement augmenter ses stocks d’uranium enrichi si la situation l’exigeait.  L’Iran pourrait en... View Article

  • personnalites

    Emmanuel Macron milite pour bétonner l’axe commercial Paris-Pékin

    Emmanuel Macron est actuellement à Pékin pour convaincre son homologue chinois, Xi Jinping, de façonner un axe économique efficient entre les deux pays. Le locataire... View Article

    Bulgari au Myanmar : une « mobilisation citoyenne » montée de toutes pièces ?

    Bulgari, le joaillier italien du groupe LVMH, est la cible d’une mobilisation sur les réseaux sociaux, orchestrée par un collectif prétendant défendre la cause Rohingya.... View Article

    Bruno Le Maire en mission à Moscou pour renforcer l’axe économique franco-russe

    Paris souhaite dynamiser sa relation économique avec Moscou en dépit des sanctions occidentales qui pèsent sur la Russie. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire,... View Article