Syrie : le Hezbollah libanais a joué un rôle déterminant dans les combats

Publication: 02/02/2017

Avec plusieurs milliers de combattants chiites en Syrie, le Hezbollah joue un rôle non négligeable pour soutenir le régime de Bachar el-Assad. RFI a rencontré plusieurs éléments de la milice. Ces derniers témoignent de leur rôle dans la résolution du conflit local.

“C’était une grande bataille. Nous avons perdu beaucoup d’hommes, mais nous avons remporté la victoire, et je suis fier d’y avoir participé. Mon frère de 20 ans a perdu la vie durant les combats. Pour nous, c’est un privilège qu’il soit mort en martyr. Il est mort pour le Liban et pour le Hezbollah. Nous voulons tous suivre son exemple, et devenir nous aussi des martyres.”

Ces mots sont ceux d’un jeune soldat de l’organisation libanaise qui a choisi depuis quatre ans de se joindre aux forces de Bachar el-Assad, également soutenues par la Russie. Ce dernier, présent à Alep, récite les gammes qu’on lui a inculquées avec ardeur:

Quand je pars en Syrie, je sais que je ne reviendrai peut-être jamais. Mais je suis prêt à faire ce sacrifice parce que je pars pour lutter contre des terroristes qui sont contre les Musulmans, contre les Chrétiens, et contre tous ceux qui ne sont pas comme eux. Ce sont des gens qui n’ont pas de religion, qui tuent des enfants, et qui bombardent des civils. Je pars pour combattre le terrorisme, parce que si on ne le combat pas en Syrie, il arrivera chez nous, au Liban.”

Par ailleurs, le média a sollicité un responsable militaire du Hezbollah, dont le siège est situé à Beyrouth. L’homme évoque ainsi les motivations qui ont poussé le groupe à intervenir dans le pays voisin:

“A l’origine, si nous sommes allés en Syrie, ce n’est pas pour soutenir Bachar el-Assad mais pour éviter que le régime ne s’effondre. Car si le régime syrien s’effondre, alors nous aurons des milliers de djihadistes qui viendront dans notre (fief). Pour l’instant la menace existe encore. Les terroristes seront toujours soutenus par la communauté sunnite. Quand il y a une guerre entre chiites et sunnites, c’est une guerre de cent ans qui éclate.”

Ce leader charismatique définit dès lors les prochaines échéances de l’organisation sur le territoire syrien:

“Il y a encore Deir Ezzor, les environs de Homs et puis d’autres zones qui sont toujours occupées par les rebelles et par Daech. La force du Hezbollah, ce n’est pas une force traditionnelle, c’est une force d’assaut. Le rôle de nos combattants est d’attaquer en première ligne. Quand ils ont terminé, ils laissent la place à l’armée syrienne. C’est grâce à cette stratégie que la situation s’est améliorée en Syrie.”

Source : RFI

Publié par

réagir à cet article

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Dans la même catégorie

Tabac : ton lobbying impitoyable !

Alors que la France et l’ensemble de ses voisins européens tentent de trouver de nouveaux leviers de lutte contre les... View Article

Palestine : Abbas requiert les faveurs de Poutine sur le dossier Jérusalem

La décision unilatérale de l’administration Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale israélienne inquiète fortement le gouvernement palestinien et plus largement... View Article

Pollution : Bruxelles perd patience face aux mauvais élèves de l’UE

Neuf membres de l’UE sont actuellement dans la ligne de mire de Bruxelles en matière de pollution de l’air. Ces derniers... View Article

Chine : les lunettes connectées font un malheur dans la police

L’entreprise asiatique, LL Vision, qui produit des lunettes connectées, offre de nouvelles perspectives au gouvernement chinois en matière de lutte... View Article

  • Urgent

    Tabac : ton lobbying impitoyable !

    Alors que la France et l’ensemble de ses voisins européens tentent de trouver de nouveaux leviers de lutte contre les dangers de la cigarette, le... View Article

    Palestine : Abbas requiert les faveurs de Poutine sur le dossier Jérusalem

    La décision unilatérale de l’administration Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale israélienne inquiète fortement le gouvernement palestinien et plus largement la sphère arabe. Mahmoud Abbas,... View Article

  • personnalites

    Palestine : Abbas requiert les faveurs de Poutine sur le dossier Jérusalem

    La décision unilatérale de l’administration Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale israélienne inquiète fortement le gouvernement palestinien et plus largement la sphère arabe. Mahmoud Abbas,... View Article

    Erdogan veut interdire à certaines associations d’utiliser le nom Turquie

    Le président turc, Recep Erdogan, souhaite que l’Union des barreaux de Turquie et l’Union des médecins de Turquie ne puissent plus utiliser le mot Turquie dans... View Article

    Moïse Katumbi, l’homme à abattre de la RDC

    Afin d’étouffer la contestation grandissante à l’encontre de son régime, le président Joseph Kabila s’attaque à la figure de Moïse Katumbi, premier opposant politique devenu... View Article